PARCOURS

Robert von Hagge architecte du golf National ?

 Histoire de la Ryder Cup de 1927  au Golf National en 2018 

Frank Giordano enquête sur l’étrange cas de l’architecte de golf dont le nom a été retiré du parcours qui accueillera la Ryder Cup 2018.

Dans un récent avis en ligne sur la prochaine compétition de la Ryder Cup en France, j’étais inquiet d’apprendre que la Fédération française de golf (FFG) avait identifié Hubert Chesneau .Il a créé les parcours de golf de : Golf de l’école de l’airGolf de VillacoublayGolf national en collaboration avec Van Hage, … comme étant le concepteur du parcours Albatros sur lequel la compétition serait organisée.

De même, le site Web officiel du Golf National identifie Monsieur Chesneau comme l’unique concepteur du parcours Albatros. L’absence de reconnaissance, dans les écrits officiels de la fédération et de la station de golf Le Golf National, de l’énorme contribution de Robert von Hagge et de ses collaborateurs à la conception finale d’Albatros, me semble honteusement injuste et inutilement chauvin.

Une brève histoire est appelée ici. Au milieu des années 1980, Chesneau, architecte du bâtiment sans expérience dans la conception de parcours de golf dignes de tournois importants, s’est vu confier le projet de concevoir et de construire un parcours susceptible de devenir le site permanent de French Open.

Une parcelle de terre très peu distinguée a été donnée à Chesneau pour ce projet, une grenouille virtuelle qu’il a été chargé de transformer en un prince de parcours. Le site d’origine était implacablement plat, sans aucun élément naturel susceptible d’influencer le routage. Cependant, les ambitions de la FFG exigeaient que le Golf National soit un véritable parcours de championnat, et ils étaient particulièrement intéressés par un terrain de golf de style stade qui devait être un défi pour tous les meilleurs joueurs du monde. Ce n’était pas une tâche pour un designer néophyte.

La Fédération, apparemment mal à l’aise avec le choix d’un concepteur novice, a accordé à Chesneau le droit de faire appel à un consultant pour l’aider à établir le tracé du cours. Entrez Robert von Hagge Design Associates, l’équipe dirigée par un designer de renommée mondiale qui compte à l’époque plus de 100 parcours en Amérique du Nord et du Sud. Il venait tout juste de terminer son travail sur Les Bordes (1987), un nouveau parcours qui, le jour de l’ouverture, a été classé parmi les cinq meilleurs terrains de golf en France et parmi les meilleurs d’Europe, remportant le titre de Meilleur nouveau parcours. en Europe pour 1987.

The "Amphitheatre" of Le Golf National, which was designed by golf course architect Rick Baril.The “Amphitheatre” of Le Golf National, which was designed by golf course architect Rick Baril.

Rick Baril, concepteur sur site de von Hagge pour le projet, était à la réunion initiale en 1987, lorsque Claude Roger Cartier, alors président de la FFG, a expliqué pourquoi la fédération avait demandé l’aide de ce qui était à l’époque von Hagge Design Associates. « Notre implication, selon le président Cartier, était nécessaire et visait à fournir à la Fédération française de golf une garantie de succès pour ce projet important et sans précédent. « Avec des assurances verbales, ses attentes seraient honorées (mais sans obtenir cette assurance par écrit, s’appuyant sur la confiance du client), von Hagge et Baril ont immédiatement annulé le tracé préliminaire établi par Chesneau afin de produire un routage digne de ce lieu national. «En fait, nous avons simplement ignoré le routage d’origine, car il n’avait aucun mérite ni aucune valeur. Nous avons recommencé – avec seulement un emplacement pour l’entrée, le club-house et un appartement. Il s’agit d’un routage de von Hagge – réalisé de manière indépendante – qui vient tout droit de notre bureau; le routage n’était pas une collaboration!

Parce que la fédération souhaitait un look de parcours TPC à l’américaine, avec un décor semblable à celui d’un stade lors des derniers trous dramatiques de la compétition, von Hagge et Baril se sont concentrés sur une solution intéressante pour les derniers trous: l’acte final, comme dans un drame. . Baril, encore une fois: «Nous avions imaginé un immense amphithéâtre où les gens pourraient assister au drame qui se déroulerait sur les derniers trous. Mon ambition était de rendre visible le plus grand nombre possible de trous définitifs, là où les spectateurs n’auraient pas besoin de bouger pour voir l’action. Cela a entraîné la configuration des trous 15-18. Une fois que cette partie de l’acheminement était en place, les trous restants ont été acheminés à travers la propriété. »

En plus de ces changements les plus dramatiques introduits dans la conception, von Hagge transforma le terrain plat et terne d’Albatros avec ses monticules, ses bosses et ses changements d’altitude caractéristiques. Shapers a ajouté des fairways ondulants, créant tous les types de mensonges difficiles – montées, montées, descentes – pour que les compétiteurs de classe mondiale puissent les gérer. En ce qui concerne plus particulièrement le caractère stratégique d’Albatros, Baril et lui ont doté le tracé des types, du nombre et de l’emplacement des aléas généralement rencontrés sur les véritables parcours de championnat: pratiquement chaque coup de départ était mis à l’épreuve par des bunkers ou des eaux, et à côté des greens. Un passionné de longue date du jeu aérien de golf, von Hagge a transformé plusieurs greens en archétypes du terrain de golf TPC Stadium de Pete Dye à Ponte Vedra: plusieurs des trous sont pratiquement entourés soit d’eau, soit de sable, soit des deux. Maîtrisant son art sur les parcours du sud de la Floride, l’artiste von Hagge comprend l’esthétique et la valeur stratégique du sable et de l’eau. Les deux ont été trouvés en abondance à l’origine dans le parc Albatros, obligeant les concurrents à planifier leur stratégie et à placer leurs tirs avec sérieux et imagination, ainsi que de précision. Dans les dessins architecturaux de chacun des trous, von Hagge et Baril expliquent en détail les problèmes stratégiques auxquels les concepteurs sont confrontés. obliger les concurrents à planifier leur stratégie et à placer leurs tirs avec sérieux, imagination et précision. Dans les dessins architecturaux de chacun des trous, von Hagge et Baril expliquent en détail les problèmes stratégiques auxquels les concepteurs sont confrontés. obliger les concurrents à planifier leur stratégie et à placer leurs tirs avec sérieux, imagination et précision. Dans les dessins architecturaux de chacun des trous, von Hagge et Baril expliquent en détail les problèmes stratégiques auxquels les concepteurs sont confrontés.

De nombreux aficionados des terrains de golf ont décelé les similitudes entre Albatros et de nombreux autres parcours de von Hagge, tels que le Woodlands TPC près de Houston et ses œuvres mettant en vedette de l’eau et du sable en abondance dans le sud de la Floride. Pratiquement aucun des lecteurs de Albatros n’a suggéré que le cours regorge de caractéristiques qui définissent et distinguent les parcours de Chesneau. Et cela est tout à fait compréhensible, car en plus de 30 ans, il a suivi moins de dix cours, dont aucun n’est un projet distingué.

Ce qui soulève une question très importante: «Qui est le concepteur actuel d’Albatros, par opposition à la personne chargée à l’origine de la création du cours?» Hubert Chesneau était, à l’époque, directeur du développement de FFG. Il prépara un parcours préliminaire original pour le cours, mais ses efforts en matière de conception créative s’arrêtèrent là, une fois que l’équipe von Hagge fut nommée. Dans le cas d’Albatros, la rigidité commence ici, selon Baril: «L’accord que nous avons signé avec la FFG stipule que nous allons« consulter et assister ». C’est le point technique qu’Hubert utilise comme argument [pour résister à la désignation de von Hagge en tant que co-concepteur]. J’ai essayé d’être objectif à propos de cette situation en me demandant: « Sommes-nous trop ambitieux? » En fait, on nous a dit que Hubert – depuis le tout début – a revendiqué le crédit exclusif pour la conception,

Récemment, dans un courriel qui répondait à ma question sur la position officielle de la FFG concernant les contributions de von Hagge au design d’Albatros, le directeur exécutif Christophe Muniesa a répété la désignation originale par FFG de von Hagge en tant que consultant du projet auprès du designer Chesneau. Il soutient même que le faible montant accepté par von Hagge indique que ses contributions à la conception étaient limitées. Muniesa n’a pas pu consulter les principaux responsables du projet, car le président Cartier est décédé et Chesneau a pris sa retraite il y a plus de dix ans.

Mais si le parcours et la localisation des dangers d’un parcours, sa stratégie et ses caractéristiques de type TPC, en particulier les quatre derniers trous conçus comme un stade pour regarder des drames tardifs cruciaux dans une compétition, n’ont pas été fournis par Hubert Chesneau – ces attributs de conception qui définissent la façons dont le jeu est imaginé et joué – quelle légitimité peut avoir une revendication de son seul design? Quiconque connaît et comprend l’architecture de parcours de golf doit être pardonné pour ses sourcils levés, sinon son incrédulité, lorsqu’il est informé que Chesneau était l’unique designer d’Albatros.

Au contraire, Nicolas Joakimides, designer français contemporain et ancien golfeur professionnel, a récemment répondu de manière très catégorique à ma question sur le design d’Albatros: «Il est tellement évident que Le Golf National est un design de von Hagge! Je connais un cours Hubert Chesneau: style très différent. Pour moi, ce cours représente 100% de von Hagge. »Peut-être pas à 100%. Baril, lorsqu’on lui a demandé de nommer une contribution au dessin que Chesneau pourrait à juste titre appeler le sien, a choisi le vert du huitième par trois. «Le huitième vert était celui d’Hubert. Si je me souviens bien, cela ressemblait beaucoup à l’un de ses parcours préférés. C’est un grand vert et semble toujours figurer dans les émissions de French Open.

Dans l’histoire de l’architecture des parcours de golf, une tradition de longue date, équitable, voire généreuse, consiste à identifier les parcours avec les noms des deux concepteurs collaborateurs. La tradition, dans un sens commercial, permet à deux artistes de s’enorgueillir d’œuvres importantes et les établit en tant que concepteurs potentiels dignes des futurs travaux de conception. Les cours sont des cartes de visite vivantes, amusantes, divertissantes, qui permettent d’établir une réputation et de développer les activités des concepteurs. Refuser les contributions de designers qui ont joué un rôle important sans être les concepteurs principaux employés à l’origine, représente une suppression injuste de la réputation d’un artiste et de son accès aux activités futures. Ce qui est tellement déroutant dans le cas d’Albatros, c’est que Chesneau a pratiquement mis fin à sa carrière d’architecte de parcours de golf après la construction d’Albatros.

Enfin, je me suis demandé: «Est-ce que je me bat juste ici? Est-ce que le golfeur moyen se soucie de savoir si Robert von Hagge est co-concepteur d’Albatros? ‘

Eh bien, beaucoup de vrais amateurs de golf se soucient. Nous nous soucions autant qu’un tableau de Vinci l’identifie comme artiste, et non Salai, son assistant, lorsque nous visitons un musée. Les amateurs de golf se soucient sûrement, autant que les collectionneurs d’art qui vendent de gros portefeuilles aux enchères de Sotheby’s, qu’une œuvre d’art identifie correctement son véritable artiste. Et la juste identification d’un concepteur compte tellement pour Jack Nicklaus et Tom Fazio que, si un club souhaite apporter une modification à une conception originale, il insiste pour que son nom soit retiré du parcours.

La conception de parcours pour des ouvertures nationales et d’événements internationaux de premier plan tels que la Ryder Cup apporte au parcours et à son concepteur à la fois un grand prestige et la probabilité de grands projets futurs. Réduire au minimum l’influence critique de Robert von Hagge sur la conception d’Albatros par la FFG et le Golf National est terriblement injuste et totalement injustifié. C’est une forme de fraude artistique. La France gagne assez de gloire en organisant l’événement; ils ne doivent pas subvertir leur véritable crédit pour cette œuvre importante en niant la précieuse créativité du designer en chef d’Albatros, Robert von Hagge.

L’article a été publié pour la première fois dans le numéro de juillet 2018 de Golf Course Architecture .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *