BIOMECANIQUEPHYSIQUE

L’alignement et la posture d’abord !

Presque tous les golfeurs sont conscients de l’importance de la posture dans le swing de golf.

Malheureusement, cela s’arrête souvent à la posture du golf – ils ne considèrent pas que les postures qu’ils adoptent tout au long de leur vie vont sans aucun doute affecter la posture du golf et leurs caractéristiques d’élan de golf.

DÉSÉQUILIBRES OCULOMOTEURS

  Podologue, podologie, posture, posturologie, sport, podologue du sport, équilibre, biomécanique, bilan postural, bilan podologique, semelles orthopédiques, semelles posturales, orthèses plantaires, mal de dos, lombalgie, cervicalgie, maux de tête, arthrose, arthrite, tendinite, TFL, patte d’oie, épine calcanéenne, myo-aponévrosite, hallux valgus, hallux rigidus, griffes d’orteil, Morton, cors, durillons, scoliose, fibromyalgie, instabilité, vertiges, ostéopathie, Essonne, Vigneux, Paris. L’oeil joue un rôle important dans le contrôle de la posture car, comme le pied, le système oculaire, situé à l’autre extrémité de la chaîne posturale, a également une double fonction : exo et endocapteur, c’est à dire qu’il donne des informations à la fois sur l’extérieur du corps et sur l’intérieur. (voir Comment ça marche?)

Rôle d’exocapteur :

     Il est assuré par la rétine (centrale et surtout périphérique), qui permet de percevoir le monde extérieur, et donc de s’orienter dans l’espace. Le rôle des informations rétiniennes dans le contrôle de l’équilibre est connu depuis longtemps (Vierordt 1860, De Cyon 1911, Henriksson 1967, Kapetyn et Bles 1972, Berthoz et al 1975, 1987, Dichgans etal 1976, Nijokitkjien 1976, Bles et al 1977, Amblard et Carblanc 1978, Nashner et Berthoz 1978, Lee 1980, Clement et al 1983, Paulus et al 1984, Brandt et al 1986, Severac 1993, Lappe et al 1999, Kapoula et Le 2006, Matheron et Weber 2006, Adamcova et Hlavacka 2006…)

C’est pourquoi il est important de veiller à ne pas avoir de déficit visuel non corrigé pour éviter d’engendrer petit à petit un dérèglement postural. (Gagey et Weber 2004)

Rôle d’endocapteur :

     Percevoir le monde qui nous entoure ne sert à rien si l’on n’est pas capable de savoir si les mouvements que l’on observe sont dus à l’environnement, à l’oeil, ou au corps dans son ensemble. C’est pour pouvoir faire cette différenciation que les muscles de l’ensemble du corps sont pourvus de milliers de capteurs proprioceptifs (voir Comment ça marche? et Rôle de l’ostéopathie).

Les yeux sont mobilisés par 6 muscles (chacun) qui sont eux aussi très riches en propriocepteurs. Le rôle de cette “proprioception oculomotrice” est maintenant bien documenté, et au moins aussi important que les informations rétiniennes pour contrôler la posture et l’équilibre. (Baron 1955, Ushio et al 1980, Brandt et al 1986, Roll et Roll 1987, 1988, Gagey 1988, Velay et al 1994, Brandt 1999, Donaldson 2000, Weir et al 200, Guerraz et al 2000, Jahn et al 2002, Strupp et al 2003, Glasauer et al 2005, Büttner-Ennever 2006, Kapoula et Le 2006, Wang et al 2007, Legrand et al 2012…)

Podologue, podologie, posture, posturologie, sport, podologue du sport, équilibre, biomécanique, bilan postural, bilan podologique, semelles orthopédiques, semelles posturales, orthèses plantaires, mal de dos, lombalgie, cervicalgie, maux de tête, arthrose, arthrite, tendinite, TFL, patte d’oie, épine calcanéenne, myo-aponévrosite, hallux valgus, hallux rigidus, griffes d’orteil, Morton, cors, durillons, scoliose, fibromyalgie, instabilité, vertiges, ostéopathie, Essonne, Vigneux, Paris.

Déséquilibres oculomoteurs :

     Comme les autres muscles du corps, les muscles des yeux peuvent être tendus de manière asymétrique (voir Comment ça marche?), ce qui peut se manifester par des strabismes, mais aussi être beaucoup plus discret : il existe des “hétérophories”, c’est à dire des petites déviations des axes visuels qui ne sont repérables qu’en faisant systématiquement certains tests cliniques (voirBilan postural) (Amos et Rustein 1987, Von Noorden 1996, Daum 1991, Wong et al 2002, Matheron 2007, Matheron et Kapoula 2008).
Or, la présence de tels déséquilibres de ces muscles peut avoir des conséquences posturales importantes sur l’ensemble du corps à moyen / long terme. (Amos et Rustein 1987, Scheiman et Wick 1994, Matheron et Kapoula 2011). L’oeil, étant, comme le pied, un des principaux capteurs qui permet de contrôler l’équilibre, ses dysfonctionnements peuvent engendrer des symptômes (douleurs…) au niveau local (maux de tête, douleurs cervicales), mais aussi à distance (Matheron et Kapoula 2011) (voir Comment ça marche? et A quoi ça sert?).

Podologue, podologie, posture, posturologie, sport, podologue du sport, équilibre, biomécanique, bilan postural, bilan podologique, semelles orthopédiques, semelles posturales, orthèses plantaires, mal de dos, lombalgie, cervicalgie, maux de tête, arthrose, arthrite, tendinite, TFL, patte d’oie, épine calcanéenne, myo-aponévrosite, hallux valgus, hallux rigidus, griffes d’orteil, Morton, cors, durillons, scoliose, fibromyalgie, instabilité, vertiges, ostéopathie, Essonne, Vigneux, Paris.

Traitement :

L’oeil joue un rôle important dans le contrôle postural, mais il n’est qu’une partie d’un ensemble fonctionnel, le cerveau ayant besoin de comparer les informations des yeux à celles des autres capteurs pour pouvoir les interpréter correctement et en faire quelque chose d’utile (assurer l’équilibre) (Bles et De Jong 1994, Wallace et al 1996, Dallel 2011, Lazdunski 2005).
C’est pourquoi examiner uniquement l’oeil sans tenir compte du reste du corps (comme pour tous les autres capteurs) ne permet pas de comprendre l’organisation posturale du patient et ses dysfonctionnements. (voir Comment ça marche?).

Si vous souffrez de symptômes de dérèglement postural (voir A quoi ça sert?), et qu’un thérapeute (médecin, ophtalmologiste, orthoptiste…) met en évidence un trouble oculomoteur et propose de la rééducation orthoptique, il est préférable de consulter un orthoptiste formé en posturologie. Celui ci devra normalement faire un vrai bilan postural complet, comprenant des tests debout faisant varier ces entrées sensorielles, et non centré uniquement sur l’oeil. (voir Bilan postural). En cas de récidives de vos douleurs quelque temps après la rééducation, il est très probable que le bilan n’ait pas été sufisamment complet et qu’une information parasite soit passée inaperçue
(voir Traitements posturaux et Par quoi on commence?).

Le problème de l’oeil est qu’il est situé à l’endroit le plus instable du corps, et qu’il nécessite, pour remplir correctement son rôle, que le reste du corps soit stabilisé correctement (Nashner et McCordo 1981, Nashner et McCollum 1985, Paulus et al 1989, Gilhodes et al 1996, Winter et al 1997).
La présence d’un déséquilibre oculomoteur ne signifie donc pas que l’origine du problème soit au niveau de l’oeil lui-même : il est possible que cela soit simplement dû à un problème de stabilité générale, qui dépend de dysfonctionnements d’autres capteurs… D’où l’importance des raisonnements systémiques (approches globales).

De plus, mon expérience est que même ceux qui pensent cela sont pris dans les mêmes mythes concernant la posture que le reste du grand public et n’ont pratiquement aucune idée de la façon de réellement la changer.

 Nous pourrions aussi finir par dissiper quelques mythes! 

En fait, la posture statique en particulier ne semble pas être aussi importante pour prévoir les performances, les blessures ou la douleur.

– Les preuves semblent indiquer que la posture est une plage, avec plus de risques de problèmes aux extrémités les plus extrêmes de celles-ci. Ce cadre est utile pour ramener une personne présentant un problème de santé ou de performance et se situe aux extrêmes extrêmes vers une position plus neutre.

– Les recherches semblent indiquer que la mécanique de la respiration et la variabilité des mouvements sont des considérations importantes. Repositionner le bassin et le thorax repositionne le diaphragme pour qu’il puisse mieux contribuer à la respiration.

– Les exercices ici donnent à l’athlète une plus grande conscience de l’endroit où se trouve son corps dans l’espace et lui donnent ainsi la possibilité de le modifier et de le contrôler, augmentant ainsi la variabilité des mouvements.

– Ces concepts se sont révélés très utiles pour améliorer rapidement et facilement les schémas de mouvement de mes athlètes. Un athlète qui bouge mieux peut être chargé plus facilement, améliorant ainsi la production de force et la résilience des tissus.

Un alignement correct est basé sur le concept de centrage des articulations, défini comme « une stratégie neuromusculaire dynamique menant à une position articulaire optimale, permettant un avantage mécanique optimal.« 

Essentiellement, lorsque la balle de l’articulation est centrée dans la cavité, une plus grande amplitude de mouvement peut être obtenue, car les structures de l’articulation ne sont pas en contact, ce qui inhibe l’étendue. La charge est également répartie plus uniformément sur les articulations et les structures des articulations sont mieux protégées contre l’usure excessive.

La déconcentration d’une seule articulation peut affecter le centrage des articulations adjacentes, ce qui affecte à son tour la tonicité du système musculaire.

Cela explique pourquoi moi et d’autres, tels que Bill Hartman, Mike Robertson et Greg McLean  sommes de si grands partisans de aborder l’alignement et la posture avant d’aborder la mobilité / stabilité, le mouvement dynamique, etc.

Un exemple de problème d’alignement que nous luttons généralement pour corriger presque tout le monde avec lequel je travaille est au niveau du thorax / de la cage thoracique et du bassin.

Position de la cartouche du V

J’estimerais que 80% des golfeurs avec lesquels je travaille arrivent à la porte avec une variante de ce problème. Les jeunes golfeurs que je vois, en particulier, ont presque tous une colonne vertébrale lombaire étendue ou trop lordotique et une colonne vertébrale thoracique plate (à nouveau trop étendue). J’irais même jusqu’à dire que c’est la première cause de blessures, de fautes d’oscillation et de problèmes de performance que je constate chez les golfeurs.

Si vous regardez l’image ci-dessous, vous verrez comment, à gauche, le bassin et la cage thoracique sont empilés – cela signifie que l’articulation de l’épaule, les vertèbres thoraciques, les vertèbres lombaires, le bassin et les articulations de la hanche sont alignés de manière plus optimale.

De plus, le noyau est correctement positionné pour transférer la force. Sur la droite, nous voyons une position lombaire trop étendue – créant un glissement antérieur de plusieurs de ces articulations et une position centrale « étirée » – ce qui est loin d’être aussi efficace pour le transfert de force, l’amplitude de mouvement ou la santé des articulations.

C’est la raison pour laquelle Dave Phillips appelle le bassin la prise de courant du swing de golf, tout comme un cordon d’alimentation doit être branché sur la prise pour fonctionner, de même que le bassin doit être branché et intégré au thorax / cage thoracique ci-dessus.

En effet, l’un des principaux contributeurs physiques à la vitesse de la tête de club est votre capacité à « sommer » ou à transférer les forces dans la chaîne cinétique, de sorte que vous puissiez voir comment la position de votre position de ciseau peut potentiellement coûter votre distance.

Une position correcte du ventre permet également à la colonne lombaire et au pelvis de fonctionner indépendamment l’un de l’autre. Cela permet au haut du corps de bien s’articuler sur le bas du corps (bonjour les ischio-jambiers, les postures de golf médiocres et peut-être même une extension précoce dans le swing de golf si vous manquez de cette capacité!) Et est essentiel pour une bonne rotation en tant que bassin neutre non seulement minimise la quantité de rotation au niveau de la colonne lombaire mais permet plus de rotation des hanches et de la colonne thoracique.

« Les mauvais golfeurs tournent à la colonne lombaire, les bons golfeurs tournent aux hanches et à la colonne thoracique » Mike Boyle

Ces problèmes compromettent certes les performances, mais en outre, des recherches ont également montré que le recours excessif à la colonne vertébrale du bois d’œuvre et à une mauvaise mécanique d’orientation augmentaient probablement le risque de blessure.

Comment corriger la position des ciseaux

Le fait de redéfinir l’alignement de la cage thoracique et du bassin avant le jeu ou l’entraînement donne à l’athlète une meilleure chance de s’installer dans le swing de golf ou de faire des mouvements comme s’accroupir ou soulever des points avec une colonne vertébrale neutre.

Comme le dit Greg Mclean de Premier Fitness Systems: «Si cela n’est pas réglé au gymnase, votre élan de golf laisse énormément sur la table»

La première étape pour résoudre ce problème consiste à traiter la respiration et à permettre à l’athlète de respirer avec les muscles respiratoires primaires comme le diaphragme, de sorte que les voies respiratoires secondaires qui sont hyperactives et qui contribuent au schéma défaillant puissent régulariser ou «se détendre».

À partir de là, nous nous concentrons sur l’établissement d’une meilleure position de la cage thoracique et sur l’engagement des abdominaux / ischio-jambiers pour amener le bassin sous la position améliorée de la cage thoracique.

L’exercice respiratoire 90-90 est un excellent exemple d’exercice respiratoire positionnel que nous pourrions utiliser pour corriger cet inconvénient. Il constitue le premier point de contact en ce qui concerne les interventions en matière d’exercices pour bon nombre de nos clients.

Les exercices de respiration positionnelle développent la conscience de la position du corps dans l’espace et vous donnent une chance de combattre d’améliorer la posture et le mouvement, mais ils ne sont pas la fin de l’histoire. Vous devez également faire preuve de plus de dynamisme et pratiquer de meilleurs schémas de mouvement pour tirer parti de la fenêtre d’opportunités qu’ils créent.

La séparation diagonale à demi-agenouillée de PNF est l’un de mes exemples préférés d’un exercice plus dynamique qui renforce la respiration en position en progressant dans la séquence de développement et en mettant au défi l’athlète de tenir sa position de bocal en présence d’un mouvement dynamique – dans ce cas de flexion de l’épaule.

Considérez vos choix d’exercices de musculation

C’est bien beau de travailler sur les exercices ci-dessus pour créer une meilleure posture, une meilleure rotation, etc., mais pour l’instant, ce n’est qu’une fenêtre d’opportunité.

Votre mode de vie et vos habitudes de mouvement alimentent ce dysfonctionnement et, sans vous en occuper, vous serez bientôt de retour à la case départ. Nous devons utiliser cette fenêtre d’opportunité pour rééduquer et réapprendre les schémas de circulation.

Pour ce faire, nous formons ces schémas de mouvements généraux sous charge – la charge semble avoir une capacité presque magique à faire en sorte que les schémas de mouvement restent fidèles au meilleur ou au pire. Pour le meilleur ou pour le pire est un point important ici, cela suggère que nous devons choisir des exercices permettant à l’athlète de réussir (voir cet article pour la règle numéro 1 concernant les exercices à choisir) pour intégrer cet exercice afin d’améliorer l’alignement ledit modèle de mouvement.

Prenez par exemple les tractions, en supposant que vous avez la force et la mobilité voulues pour les faire La plupart les font à partir d’un genou plié, les pieds derrière leur COG, ce qui encourage une position allongée, et s’ils n’ont pas l’épaule adéquate, ils sont encore plus étendus pour avoir les bras en l’air. En d’autres termes, l’exercice les entraîne dans la même posture que celle à laquelle nous venons de travailler – et n’oubliez pas que load a la capacité magique de créer un motif.

Pour cette raison, je ne programme pas les tractions tant que je ne suis pas absolument sûr que l’athlète dispose de la mobilité adéquate des épaules.

Et quand je le fais, nous utilisons toujours des tractions à la jambe droite. Pensez-y – lorsque vous pliez les genoux et que vous croisez les pieds derrière vous, comme c’est souvent le cas pour les tractions et les tractions à la barre – quelle est la première chose qui se passe?

La redistribution du poids provoque le basculement du bassin vers l’avant et vous provoque un étirement à l’avant de la capsule de la hanche et le bas du dos se resserre.

La position de la jambe droite, idéalement avec les pieds légèrement en avant, vous permet d’incliner le bassin postérieurement en engageant les abdominaux (vous pouvez même placer un coussinet entre les cuisses pour aider à engager le cœur par réflexe). en travaillant dans la posture que nous avons essayé de développer et en utilisant la capacité de charges pour faire en sorte que le motif adhère à notre avantage.

De même, si vous ne pouvez pas maintenir un bassin neutre sans saillie des côtes (c.-à-d. la position du ventre), la pire chose à faire est de mettre une barre de poids sur le dos – cela facilite davantage le schéma.

Faire plus de squats en arrière ne résoudra pas le problème non plus, l’athlète doit descendre dans la liste des progressions, ré-entraîner le schéma et si nécessaire revenir en arrière accroupi une fois qu’une position plus intégrée du pelvis, du noyau et du thorax a été établie.

Dans l’intervalle, les variantes de squat avec chargement antérieur, telles que les squats devant les haltères, les squats avec position de porte kettlebell, les squats de gobelet et les squats de mines terrestres seront de meilleures options.

En mettant en place des exercices de réajustement et de respiration appropriés dans votre entraînement, vous pouvez créer une fenêtre d’opportunité pour un meilleur mouvement, ce qui vous permettra de charger des exercices plus lourds, d’améliorer le rendement de la force et la résilience des tissus, à condition de choisir les exercices adaptés à vos capacités de mouvement. Il y a un énorme avantage, sans inconvénient potentiel – même le temps investi est minime – en ce qui concerne ces exercices d’alignement, je vous recommande donc de tout cœur de l’essayer. Je vous encourage également à évaluer honnêtement votre sélection d’exercice au sein du prisme pour déterminer si cela améliore ou non la qualité de vos mouvements.

Vous voulez en savoir plus sur la qualité de vos mouvements et sur les exercices qui vous conviennent?

Réservez-vous pour un écran de mouvement gratuit de 15 minutes en cliquant sur ce lien ici.

Références:

Liebenson C. Rééducation de la colonne vertébrale: Manuel du praticien. 2e édition. Philadelphie, PA: Lippincott Williams & Wilkins, 2007.

Frank C, Kobesova, A. Kolar, P. «Stabilisation dynamique neuromusculaire et réadaptation sportive», Int J Sports Phys Ther. 2013 Feb; 8 (1): 62–73.

Hagins M, Lamberg EM. « Les personnes souffrant de douleurs lombaires respirent différemment que les personnes en bonne santé lors d’une tâche de levage » J Orthop Sports Phys Ther. 2011 Mars; 41 (3): 141-8. Doi: 10.2519 / jospt.2011.3437. Epub 2011 Jan 4.

Kolar P, Sulc J, M Kyncl, J Sanda, Cakrt O, Andel R, Kumagai K, Kobesova A. « Fonction posturale du diaphragme chez les personnes souffrant ou non de lombalgie chronique« . J Orthop Sports Phys Ther. 2012 avril; 42 (4): 352-62. doi: 10.2519 / jospt.2012.3830. Epub 2011 21 décembre.

Cabri, Jan, Sousa, João Paulo, Kots, Magdalena et Barreiros, João « Blessures liées au golf: un examen systématique« , European Journal of Sport Science. Octobre 2009; 9: 6 353 – 366. doi: 10,1080 / 17461390903009141.

Hume PA, Keogh J, Reid D. « Le rôle de la biomécanique dans l’optimisation de la distance et de la précision des coups de golf« . Sports Med. 2005; 35 (5): 429-49.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *