LE GOLF – RETOUR AUX SOURCES.

 
En cette période de l’année, j’ai pensé https://lemondedugolf.fr/le-golf-retour-aux-sources
qu’il était opportun de vous remettre en mémoire ces quelques notes qui sommeillaient dans les greniers.

Interprété en s’inspirant de documents dont scottishgolfhistory,Société Française d’Etudes Écossaises, Wikipédia, etc.

Le golf, mais qui l’a inventé?

La légende raconte qu’il y a fort longtemps, un vieil Écossais se promenait dans la lande en frappant le sol d’un stick taillé dans une jeune branche bien droite de coudrier, cet ancêtre du noisetier. Par mégarde, il frappa un œuf dans un nid de Haggis et envoya celui-ci valdinguer dans un trou de lapin. Il venait d’inventer le Golf.

Mais me direz-vous, la Haggis des champs, ce mammifère pond des œufs? Oui, et ce n’est pas sa seule particularité car il en existe deux races, la clockwise et l’ anticlockwise, on peut les repérer facilement car l’une a les pattes de droite plus longues que celles de gauche, bien sûr pour l’autre c’est l’inverse. La nature est géniale, ça leur permet de mieux se déplacer en tournant autour des collines.

Bon, revenons au Golf, car cette légende, je dois l’avouer, ne fait pas l’unanimité. Aussi au fil des lignes, nous explorerons les différentes solutions qui s’offrent à nous, en espérant avoir trouvé un moyen de vous faire patienter, sans vous ronger les ongles, en attendant l’ouverture du British Open des femmes.

LE VADEMECUM
Scottish Golf History se concentre sur les 500 premières années de l’histoire du golf à partir de 1457, au cours desquelles les principaux éléments du golf links moderne ont été créés – de la mention du golf 1467 et du premier golfeur nommé, King James IV, en 1502, au développement de le Reddy Tee en 1927.

Les informations sont organisées dans des listes en sections, qui sont également une chronologie qui se chevauchent.

Les preuves actuelles suggèrent que le « links golf » est une création écossaise, une conséquence de la révolution agricole hollandaise et du climat écossais . Les Écossais ont importé des balles de golf des Pays-Bas et les ont utilisées sur les liens avec un bien meilleur effet avec des clubs en bois de fabrication écossaise. L’ origine des termes de golf couvre les éléments clés du jeu et comment ils ont émergé. Ceux-ci peuvent être lus comme un aperçu du développement du golf de 1467 à 1927 dans l’ordre suivant

  1. La signification du mot Golf lui-même
  2. La signification des ‘Liens ‘
  3. Les premières règles du golf 1744
  4. La dérivation de Caddy et Fore !
  5. De Bogey à Blow Up , termes de handicap et de course, y compris par, birdie, eagle et albatros
  6. Développement d’un parcours de 18 trous
  7. Développement du parcours – Fairway ,  « out » et « in » et drapeaux de couleur , et  bunker et obstacle d’eau
  8. Les tees originaux et premiers brevetés

Toutes les mentions de golf dans cette première période ne font pas référence au jeu des liens, bien que le jeu sur les liens soit confirmé en 1527 à Barry à Angus. Nous pouvons donc raisonnablement supposer que le jeu que nous connaissons se jouait à partir du 15ème siècle, tout ce qui se jouait d’autre. Les premiers sites de golf et golfeurs  répertorient les 18 premières mentions de golfeurs jouant à des endroits particuliers en Écosse, de 1502 à 1721, avec Richmond indiqué pour l’exhaustivité. Le golf devenait populaire dans toute l’Ecosse, même s’il n’était pas encore un sport organisé et même s’il était persécuté pour jouer le dimanche. Il n’y a aucune preuve que quelqu’un d’autre que les Écossais ait joué au golf pendant les 300 premières années, jusqu’au milieu/à la fin du 18e siècle.

Progressivement, au cours du XVIIIe siècle, les Écossais ont commencé à normaliser le golf. Les sociétés de golf  les plus anciennes répertorient les 18 clubs de golf écossais les plus anciens avec la poignée de clubs contemporains que les Écossais expatriés avaient formés ailleurs dans le monde. Leurs origines à Bruntsfield Links sont résumées dans un nouveau livre publié par ce site . Cette section couvre à peu près les 100 premières années de l’organisation formelle du golf de 1735 à 1824, principalement sur des parcours qui ne sont plus joués. Plusieurs de ces clubs ont produit des règles similaires pour le golf, une étape majeure dans son développement. Le golf est également connu en Angleterre et en Amérique, bien qu’il soit encore largement joué par les Écossais et leurs descendants.

En raison de l’urbanisation et de l’industrialisation ainsi que des développements de parcours ultérieurs, en particulier de l’espace nécessaire pour un parcours de golf moderne, la plupart des premiers clubs ont dû déménager pour créer des parcours de 18 trous. Les dates des cours ne sont donc pas les mêmes que les dates des clubs. The Oldest Golf Courses , détaille les 18 plus anciens parcours existants, qui ont été établis sur une période de 100 ans, à commencer par le Old Course St Andrews, qui date d’au moins 1764 à son emplacement actuel, jusqu’à Westward Ho! officiellement établie en 1864. Cette liste est très différente de la liste des sociétés et comprend plusieurs cours en dehors de l’Écosse.

L’adoption du parcours 18 trous marque un autre jalon dans le golf. A partir du Old Course en 1857, des parcours de golf de 18 trous ont commencé à voir le jour. Il existe une liste des 18 premiers d’entre eux étant les plus anciens parcours de golf de 18 trous , du Old Course au Royal Jersey en 1883.

Early Women’s Golf couvre l’implication initiale des femmes dans le golf depuis la première mention du golf féminin en 1736 jusqu’à l’évolution de la mode au début du XXe siècle, y compris des détails sur les premières sociétés de golf féminin, le championnat amateur féminin et les clubs féminins actuels. Les événements importants de l’histoire du golf incluent la formation de LGU en 1893, la première association de golf du Royaume-Uni, et la création du premier système national de handicap, que les dernières associations masculines adopteront par la suite. Cela permet aux golfeurs de tous niveaux de jouer les uns contre les autres, une caractéristique unique du golf qui est souvent négligée.

Un bref aperçu des premiers clubs et cours en Amérique et une mise à jour  ont été ajoutés ainsi qu’un aperçu de l’histoire de la Ryder Cup. Il existe aujourd’hui environ 35 000 terrains de golf dans le monde. De la poignée de joueurs écossais, il y a maintenant des dizaines de millions de golfeurs à travers le monde. Espérons que ce site Web puisse les aider à décider quels parcours historiques jouer lors de leur visite en Écosse.

 La page Table des matières répertorie toutes les pages du site Web pour référence croisée, mais la meilleure façon de trouver quelque chose de particulier est d’utiliser les fonctions de recherche de site de Google. Par exemple, vous pouvez trouver toutes les mentions de « plume » en utilisant

site plume: scottishgolfhistory.org

Il y a eu plus de 250 références utilisées dans la création de ce site Web. Les principales ont été subdivisées et classées de la manière la plus utile, espérons-le, dans les références sous :

Les plus anciennes histoires de golf de 1721 à 1909 Par date
Livres d’histoire générale du golf Par auteur
Sites Web sur l’histoire générale du golf Par sujet
Histoires des clubs de golf Par club
Sites Web des clubs de golf écossais Par club
Sites Web des clubs de golf du reste du monde Par club
Guides de golf Par titre

Les liens utiles contiennent des références de sites Web à des organisations connexes.

Explorons plus avant la piste Écossaise:

Là, il ne s’agit plus de on-dit! Mais bien de documents qui attestent de la pratique du Golf en Ecosse dès le XVᵉ siècle.

Le 6 mars 1457, le Parlement Écossais bannissait par décret le Golf et le Football, des amusements inutiles qui mettaient en péril la Nation, car des Écossais s’adonnaient à ces jeux pendant le temps où ils étaient supposés s’entraîner militairement. Le Parlement réitérera ses interdictions en 1471 et 1491.

Act of Parliament of Scotland, 6 March 1457. By courtesy of the National Archives of Scotland L’interdiction sera levée en 1502 et des écrits font état d’achat de clubs par le Roi James IV cette même année. Un XVIᵉ siècle qui débutait sous les meilleurs auspices pour le Golf et qui vit, comme l’attestent les documents officiels, la fondation d’un des plus anciens parcours de golf existant au Monde, le Musselburgh Old Links, en 1672 sur un emplacement où l’histoire populaire dit que Mary (Stuart) Reine d’Ecosse (mais aussi de France durant quelques mois) y aurait joué dès 1567.

Golf – Le jeu de frappe

Il existe deux théories contradictoires sur l’origine du mot « golf ». Pourraient-ils avoir raison tous les deux ?

Lorsque les golfeurs ont commencé à écrire des histoires de golf au 19e siècle, ils ont émis l’hypothèse que le golf a commencé dans les temps anciens. La première histoire dans les Règles du Thistle Golf Club en 1824  attribue l’invention de la balle de golf à une ancienne femme grecque . Certains ont affirmé que le mot était dérivé du mot grec ancien κολάφος (kolaphos) signifiant un «coup de poing» et d’autres pensaient que le mot «gouf» (golf) était un vieux mot écossais signifiant «manchette».

Au 20ème siècle, les étymologues ont méprisé ces idées et ont conclu que la dérivation du mot golf était simplement un  terme de langue pré-européen signifiant ‘club’ , lié à l’ancien néerlandais ‘colf’/’kolf’ et au moyen haut-allemand. ‘kolbé’. Cependant, il existe un lien évident entre les théories et il pourrait y avoir du vrai dans les deux.

Mais pour commencer par le début…

Patinage Rev Walker c1785
Le révérend Robert Walker patine sur Duddingston Loch vers 1784 avec l’aimable autorisation des National Galleries of Scotland

Le révérend Robert Walker est bien connu dans les cercles artistiques écossais, mais pas en tant que golfeur ou historien du golf. Il est le sujet patineur d’un tableau attribué à Sir Henry Raeburn et daté par sa famille de 1784. Il n’était pas golfeur, mais il avait été joueur de Kolf aux Pays-Bas, où il a grandi et où il a appris à patiner. Il était également membre de la Royal Company of Archers et aurait donc connu le golf et les golfeurs, qui étaient parmi ses membres.

Son importance ici est qu’il a contribué à une description de Kolf pour le compte statistique de l’Ecosse en 1791-99. Dans ce document, il a explicitement affirmé que le mot Golf était dérivé du mot Kolf et que les deux étaient probablement du mot grec κολάφος (kolaphos). Kolf était un remplaçant du 18ème siècle pour l’ancien jeu néerlandais Colf qui était un ancien jeu de bâton et de balle joué dans les champs et sur la glace. Colf s’était éteint à la fin du 17ème siècle et, au moment où le révérend Walker était aux Pays-Bas, Kolf était un jeu très différent joué dans une zone définie entre deux pôles. Kolf, à son tour, a également diminué, mais a ensuite été relancé sous le nom de Kolven, qui est toujours joué aujourd’hui.

Le jeu néerlandais appelé Kolf, dont le mot GOLF est dérivé, car les deux sont probablement du mot grec, κολάφος, se joue dans une zone rectangulaire fermée d’environ 60 pieds b 25. 

Origine des mots et termes de golf

L’une des questions que l’on me pose souvent est de savoir si le mot GOLF est un acronyme pour Gentlemen Only Ladies Forbidden. Ce n’est pas.

La dérivation de certains termes de golf est toujours un sujet de controverse. Les explications données ci-dessous sont basées sur les meilleures preuves disponibles au moment de la publication.

La section sur l’origine des termes de golf couvre les éléments clés du golf. Ceux-ci peuvent être lus comme un aperçu du développement du golf de 1457 à 1927 dans l’ordre suivant

Compte statistique de l’Ecosse 1791-99

Le révérend Walker n’a cité aucune autorité pour la dérivation de Kolf et son utilisation de l’adverbe qualificatif «probablement» implique que c’était juste son opinion, bien qu’elle puisse être basée sur des informations acquises aux Pays-Bas. Les historiens du golf à la fin du siècle ont cité le révérend Walker, mais ils ont conclu que la dérivation du golf était plus probable des formes germaniques de Kolben (un club) et du néerlandais Colf/Kolf (un bâton ou un club).

Parfois, le mot latin ‘clava‘ est également mentionné comme racine possible, probablement en raison de sa signification de ‘club’. Bien qu’il ait continué en d’autres termes, il ne semble pas être la racine du «golf».

L’attention a également été attirée sur le mot vieux norrois «kolfr» signifiant le «battant» de la cloche ou une sorte de verrou, dont est dérivé, entre autres termes, l’islandais désignant un pendule, «kolfur». D’autres mots islandais dérivés incluent «kylfi» et «kylfa» signifiant un «club» ou un «gourdin».

Les dictionnaires étymologiques modernes suivent tous ce courant de pensée.

Au milieu du 15e s., gouf écossais, généralement considéré comme une altération du moyen hollandais colf, colve « bâton, massue, chauve-souris », du proto-germanique *kulth- (source également du vieux norrois kolfr « battant de cloche », allemand Kolben « masse, gourdin, crosse de fusil »).

Cela pourrait bien être la dérivation immédiate du mot golf, mais a-t-il peut-être des liens apparentés plus anciens ?

De Kolaphos à Coup

Le mot grec « kolaphos » signifiait un « coup » ou une « manchette » avec la main. Cela a été traduit par ‘colapus’ en latin familier et ‘colpus’ en latin médiéval, ce qui signifie ‘une manchette sur l’oreille’ ou ‘un coup de poing’. Les jeux de balle antiques étaient principalement des jeux de balle à main, comme le «harpastum», joué avec une petite balle en cuir. Ni celui-ci ni aucun autre jeu de balle ancien n’a été directement lié à ces mots, mais les balles utilisées, telles que «harpastum», étaient probablement similaires, bien qu’un peu plus grandes que les balles de golf. On suppose généralement que les balles de golf sont dérivées de balles cousues en cuir plus grosses, telles que des balles de tennis, et le plus ancien ballon de football du monde du 15ème siècle a un aspect extérieur identique aux plumes ultérieures.

Les mots «colapus» et «colpus» ont été crédités comme la dérivation du mot «coup» en français ainsi que pour de nombreux mots anglais divers, tels que «coup», «coupon», «copse» et «coppice». Ces dérivations couvrent tout l’âge des ténèbres jusqu’à l’époque médiévale, et il est raisonnable de croire que d’autres mots pourraient également avoir des liens non documentés au cours de la période.

Certes, tous les mots pertinents semblent certainement apparentés, étant des bi-syllabes avec des consonnes sonores interchangeables, commençant principalement par col/kol/gol suivi de f/ph/v/b comme le montre la liste ci-dessous.

Le grec ancienkol-aphosmenotter
Latincol-apusmenotter
Latin médiévalcol-pusmenotter
Vieux hollandaiscol-fcolf
Vieux hollandaiskol-fkolf
Vieux norroiskol-frun battant
Vieil allemandKol-béun club
Vieil allemandKol-boun club
AllemandKol-benun club
FrançaisCho-eCholé
Néerlandais modernekol-venKolven
Anglaisle golfle golf

La conclusion à tirer est que le sens du mot GOLF, bien que non le jeu, se rapporte à des mots anciens désignant le jeu «frappant», qui est devenu plus tard le jeu «club», lorsque l’outil utilisé est devenu la caractéristique dominante. Il est clairement déraisonnable de rejeter l’idée de l’origine « ancienne » comme « absurde » comme certains étymologistes potentiels l’ont fait.

Une fois cet article terminé, une recherche en ligne a découvert une lettre écrite par WG du Wimbledon Golf Club dans le magazine Golf du 27 février 1891, où il exposait une théorie similaire il y a 130 ans. Il semble juste de lui laisser le dernier mot :

Musselburgh Golf Club de nos jours

Il semble bien que ces diables d’Écossais puissent légitimement se targuer d’avoir inventé le Jeu de Golf, comme ce sera le cas plus tard pour le Téléphone, la TV ou bien encore la Comptabilité, comme me le rappelait P. Fifty One un ami de là-bas.

Mais alors! Que faire des voix qui s’élèvent pour en revendiquer la paternité?

1- Les Romains:

Où plutôt leurs descendants, qui pensent que le Golf ne serait qu’un dérivé du Paganica, un jeu qui consistait à envoyer à l’aide d’une canne incurvée une balle de cuir remplie de plumes dans un trou en moins de coups possibles, pratique qui aurait été introduite par les troupes lors des 142 années d’occupation romaine de la Caledonia (71-211).

2- Les Hollandais:

D’après eux, le Golf ne serait autre que le Kolven ou Kolf (la similitude des mots est troublante) un jeu pratiqué il y a bien longtemps par les Saxons et Frisons et introduit par les marchands qui commerçaient avec la côte est de notre chère Ecosse. Oui mais pour ce que l’on en sait, le Kolven se pratiquait principalement sur un enclos de dimensions réduites entouré de murs, avec un bâton plus long et lourd qu’un club de golf, utilisé pour frapper une balle bien plus grosse qu’une balle de golf, qui pouvait rebondir sur les murs et n’avait pas vocation à terminer dans un trou.

3- Les Flamands:

Chez eux comme dans le nord de la France, on parlait de jeux de Chole ou de Crosse, une activité ludique qui se pratiquait dès le XIVᵉ siècle à travers champs.

4- France et Italie:

Le Jeu de Mail, dont on trouve des écrits dès 1416, même si la canne utilisée pour frapper une balle en buis ou pour les plus riches en néflier, ressemble plus à un maillet qu’à un club de golf, il n’en demeure pas moins que le geste était très proche du swing. La coopération Franco-Écossaise durant la guerre de 100 ans rend plausible cette filiation. Par contre la théorie d’une paternité anglaise du Golf par l’introduction du Mail en Angleterre, sous le nom de Pall Mall, est à écarter puisqu’elle ne date que du XVIIe siècle.

5- Et l’Asie:

Le Chui Wan, appelé autrefois Bu Da (marcher et frapper) était pratiqué il y a plus de mille ans, comme l’attestent poèmes et tableaux. Ce jeu consistait à frapper une balle pour qu’elle atteigne un trou dans le sol.

En conclusion :

Si nous pouvons affirmer que GOLF n’est pas l’acronyme de Gentlemen Only Ladies Forbidden, pour le reste il semble évident qu’il trouve naissance en Ecosse au confluent de tous les jeux de balle, importés ou rapportés sur une terre où les hommes ont su en faire une synthèse, établir des codes, définir le matériel et élaborer les premiers parcours qui seront principalement des links, dressés sur ces bandes côtières faites de sable et de zones herbeuses entre mer et espaces cultivables.

Aussi survolons cette phase de construction qui s’étendit sur plus de deux siècles et efforçons nous d’établir la liste des lieux et joueurs qui l’ont marquée.

  • 1502, Perth, James IV

James IV qui avait hérité du trône à l’âge de 15 ans, était un homme aux compétences multiples, il avait unifié son pays à la pointe de son épée, chirurgien dentiste à ses heures, il avait introduit l’enseignement obligatoire pour les enfants des grands propriétaires terriens et fondé en 1504 le Collège Royal de Chirurgie de Edinburgh. Suite au traité signé avec Henri VII, il sentait les menaces de guerre avec l’Angleterre s’éloigner et visionnaire, il avait réalisé que l’artillerie allait remplacer l’archerie ce qui expliquait en partie la levée de l’interdiction décidée en 1502.

S’il est probable que le Roi résidait au Falkland Palace de Fife et qu’il jouait au Golf autour de Perth en des lieux aujourd’hui oubliés, il semble qu’il aurait aussi joué près du Château de Stirling et au alentour de St. Andrews.

Falkland Palace de Fife
  • 1527, Barry Links, Sir Robert Maule

C’est en 1527 que la pratique du Golf est mentionnée à Barry, près de ce qui deviendra, au XVIIIe siècle, la ville de Carnoustie. Sir Robert Maule, un propriétaire foncier local, serait ainsi le premier roturier à pratiquer le Golf sur la tête duquel on puisse mettre un nom. Cerise sur le gâteau, c’était aussi la première fois qu’il était référencé la pratique du jeu de Golf sur links. Si on ne sait pas précisément où Maule et ses amis s’adonnaient à leur sport favori, on retiendra que le Carnoustie Golf Club qui vit le jour beaucoup plus tard en 1839, n’en est pas moins un des plus vieux Club du Monde. Un parcours où un de nos représentants y rédigea sa propre page d’immortalité il y a quelques années.

Une aventure où la remarque de Frank Christian, à propos de Billy Joe Patton en 1954 aux Masters, pourrait être appliquée: « Winning would have placed him in high company, in losing, He gained his own piece of immortality.
  • 1552, St. Andrews, première mention

On notera cette année là, les premières traces enregistrées du jeu de Golf à St. Andrews, elles laissent entendre que cette activité était pratiquée à cet endroit depuis de nombreuses années. L’année suivante, John Hamilton, l’Archevêque de St. Andrews émettra un décret donnant droit à ses ouailles de pratiquer le Golf sur les links environnants.

Vue aérienne des links de St. Andrews.
  • 1567, Musselburgh, Mary Queen of Scots 

Il est dit que Mary Stuart, reine d’Écosse, (1542-1587), joua au golf à Musselburgh, qui se trouvait à quelques kilomètres de sa demeure de Seton, en 1567, quelques jours seulement après le meurtre de son mari, Lord Darnley. Cette affirmation découle d’une accusation que le Comte de Moray porta devant les Commissaires de Westminster en 1568 et qui tendait à prouver qu’elle était complice de cet assassinat. Il est possible que ceci ne soit qu’un mythe ou comme le précise Roger McStravick dans son ouvrage « A History of Golf » parut en 2017, qu’elle ait été victime de ce fléau auquel nous avons à faire face aujourd’hui, les « Fake News ».

Mary Queen of Scots playing golf in front of a crowd. National Library of Scotland

Reine d’Ecosse, mais elle fût aussi Reine de France, d’une France d’où elle serait revenue avec le goût des jeux de Mail et de Golf, faisant d’elle la première femme connue à s’adonner à ces pratiques.

Simplement quelques mots de plus sur Mary: Petite fille de James IV, cité plus haut, elle est née le 8 décembre 1542 de l’union de James V d’Ecosse et de Marie de Guise. Elle sera Reine d’Ecosse à l’âge de 6 jours suite au décès de son père. Cependant elle vivra son enfance en France, le Royaume d’Ecosse étant dirigé par des régents, James Hamilton Comte d’Arran d’abord, puis à partir de 1554, sa propre mère, Marie de Guise.

On la mariera très tôt au Roi de France, François II, une union qui ne durera que quelques mois, du 10 juillet 1559 au 5 décembre 1560, car le Roi succombera aux complications liées aux suites d’un abcès temporal.

En 1561, Marie rentrera en Ecosse, c’est un Anglais Henry Stuart, Lord Darnley, de sang royal qui deviendra son 2ème mari. Elle aura à faire face à une période difficile avec une situation politique dangereuse et complexe, car en tant que fervente catholique, elle était considérée avec suspicion par bon nombre de ses sujets, ainsi que par la reine d’Angleterre Elizabeth 1e et l’Écosse était déchirée entre les factions catholiques et protestantes.

Mais ceci mérite plus d’analyses que ce que nous pouvons offrir, aussi retournons à notre histoire du Golf.

Copy of Mary’s effigy, National Museum of Scotland. The original, by Cornelius Cure, is in Westminster Abbey.
  • Fin du XVIᵉ siècle, le retour des interdits

En dehors des links de bord de mer, les gens s’adonnaient au Golf dans les espaces publics, parcs ou cimetières. Ceci était considéré par les autorités régionales, commerciales et ecclésiastiques comme dangereux, contre-productif, voire nuisibles aux bonnes pratiques religieuses. Aussi en cette fin de siècle on verra fleurir les interdits, comme à Glasgow en 1589, ce qui nous permet d’avoir une information écrite sur l’avancée du Golf vers la côte ouest, ou à Leith en front de mer d’Edinburgh où la pratique sera bannie le dimanche pendant les offices religieux.

John Henrie and Pat Rogie discovered playing golf on a hill in Leith, by an outraged man and woman in puritan dress at right; after J. C. Dollman. 1896
  • 1608, Royal Blackheath, le Golf émigre

A la fin du XVIᵉ siècle, lorsqu’il devint évident que Elizabeth I d’Angleterre ne se marierait jamais, James VI d’Ecosse, le fils de Mary Stuart, fut reconnu comme héritier du trône d’Angleterre et à la mort d’Elizabeth en 1603, il s’installa à Londres avec sa cour écossaise, au Palais Royal de Greenwich, en tant que James 1er d’Angleterre. L’entourage du Roi était composé de nombreux pratiquants du Golf qui repérèrent très vite au dessus du palais, ces hauteurs de Blackheath, idéales pour assouvir leur passion.

Bien qu’il semble que le golf ait été pratiqué à cet endroit bien avant, aucune preuve n’en sera retenue et le Blackheath, qui sera élevé au rang de Royal beaucoup plus tard en 1906, sera fondé en 1608 et s’inscrira dans les annales comme une création écossaise dans une Angleterre encore inculte de ce merveilleux passe-temps.

10 ans plus tard, le Roi lèvera l’interdiction faite à son peuple, par les instances de tous bords, de jouer au Golf le dimanche.

 
  • 1616, le Golf s’installe au Nord

Là encore la rumeur fait état d’une pratique plus ancienne sur cette terre où Celtes et Vikings ont mélangé leurs cultures et leurs sangs depuis fort longtemps. Mais c’est bien en 1616, ou en 1621 selon les sources, que l’on dispose de documents qui mentionnent l’activité Golf au nord de l’Ecosse, à Dornoch, cet ancien Burgh Royal et ancienne Capitale du Comté de Sutherland dans les Highlands.

Puis il faudra attendre 1877 pour que des citoyens du Royal Burgh de Dornoch se réunissent et forment le Dornoch Golf Club, grâce à l’initiative de M. Alexander McHardy, un Officier de police originaire de l’Aberdeenshire et du Dr Hugh Gunn, un natif de Dornoch qui avait fait ses études à St. Andrews.

PIC Trevor Martin
  • 1642 – Glasgow Green ou la migration vers l’ouest, de l’Ecosse

Cette année là, les Universités de Glasgow et de St. Andrews vont officiellement encourager les sports tels que le tir à l’arc, le football et le Golf. Par manque d’espaces aménagés, les joueurs vont se retrouver dans le Glasgow Green, ce parc d’une soixantaine d’hectares qui date du XVᵉ siècle, situé à l’est de la ville, sur la rive nord de la rivière Clyde, entre de nos jours Green Street et Saltmarket Street.

En 1721, James Arbruckle, un étudiant de l’Université de Glasgow écrira un poème sur la rivière Clyde, au sein duquel 22 lignes sont dédiées au Golf. Des lignes qui sonnent toujours comme un hymne à la gloire de ce sport qui rend fou.

In Winter too, when hoary Frosts o’erspread,
The verdant Turf, and naked lay the Mead,
*The vigrous Youth commence their sportive War, [*The Game of Golf]
And arm’d with Lead, their jointed Clubs prepare;
The Timber Curve to Leathern Orbs apply,
Compact, Elastic, to pervade the Sky:
These to the distant Hole direct they drive;
They claim the Stakes who thither first arrive.
Intent his Ball the eager Gamester eyes,
His Muscles strains, and various Postures tries,
Th’impelling Blow to strike with greater Force,
And shape the motive Orb’s projectile Course.
If with due Strength the weighty Engine fall,
Discharg’d obliquely, and impinge the Ball,
It winding mounts aloft, and sings in Air;
And wond’ring Crowds the Gamester’s Skill declate.
But when some luckless wayward Stroke descends,
Whose Force the Ball in running quickly spends,
The Foes triumph, the Club is curs’d in vain;
Spectators scoff, and ev’n Allies complain.
Thus still Success is follow’d with Applause;
But ah! how few espouse a vanquish’d Cause!

A LA CONQUÊTE DU MONDE

Cette période que je qualifierais de moderne va nous conduire de l’établissement des codes à la conquête du Monde.

LeithLinksplaque03

– L’évêque golfeurPlaque sur Leith Links

Premiers fabricants écossais de balles de golf

À un moment ou à un autre, des dizaines de clubs de golf jouaient à Leith Links, notamment l’Honorable Company fondée en 1744 et Leith Thistle fondée en 1815. Ils ont tous disparu et maintenant le golf n’y est plus joué.

La première mention du golf en relation avec Leith date d’un différend signalé en 1554 entre « les cordiners  » (travailleurs du cuir) du Cannongate et les « cordiners and gouff ball makers of North Leith », ce qui signifie l’utilisation d’une balle de golf en cuir cousue et relie le golf. Ce n’est que deux ans après la mention dans la charte  de St Andrews .

LeithLinks04

Une dérivation traditionnelle du terme Fore! découle de l’utilisation de deux canons défensifs du fort de Leith. Le remblai, visible sur la photo à gauche du cairn, serait l’un des deux emplacements de canons utilisés par les forces d’attaque en 1560, lorsque les Links ont été le théâtre du siège de Leith par les Anglais.

Leith a été le site de certaines des premières attaques et blessures signalées au golf. En 1571, neuf golfeurs de Leith ont été attaqués par des brigands et ont riposté, bien que trois aient été tués. Plus tard, en 1690, Sir Robert Sibbald traversait les Links lorsqu’un jeune garçon, qui ne l’entendit pas approcher, le frappa au backswing avec sa massue. Sir Robert a nécessité des soins médicaux, mais le sort du jeune garçon, qui serait le fils d’un publicain local appelé Taylor, n’est pas enregistré.

Comme ailleurs, les archives d’Edimbourg Burgh de 1593 déplorent le fait que les fidèles d’Edimbourg jouaient au golf à Leith au lieu d’aller à l’église. Le 16 février 1610, la session de South Leith Kirk proposa une amende de 20 shillings (une livre) à payer « aux pauvres » par toute personne trouvée en train de jouer au golf (ou aux boules ou au tir à l’arc) entre le lever et le coucher du soleil le dimanche. Outre l’amende, ils devaient également confesser leurs péchés à l’église. Ces «persécutions» se sont poursuivies jusqu’en 1724, année qui marque la dernière poursuite officielle de Kirk en Écosse pour le golf du dimanche, lorsque l’aubergiste de Leith, John Dickson, a été accusé de donner des «victoires» (nourriture et boisson) aux golfeurs du sabbat.

Premiers golfeurs nommés à Leith

CharlesILeith1641R

 

Charles I entend parler de la rébellion irlandaise à Édimbourg

La tradition veut que l’évêque de Galloway jouait au golf sur Leith Links en 1619 lorsqu’il eut la prémonition mortelle de deux hommes l’attaquant. Alors il jeta ses « arma campestria » (clubs de golf), s’alita et mourut. Une autre histoire très répétée est que le roi Charles I jouait à Leith en 1641 lorsqu’il a entendu parler de la rébellion irlandaise. Les règles du Thistle Golf Club décrivent les faits de la question, mais cela n’a pas empêché les mythes et les légendes d’abonder, comme le montre la célèbre gravure, beaucoup plus tardive, de Sir John Gilbert en 1875/6. Ces contes victoriens doivent être interprétés avec prudence.

Sir John Foulis de Ravelston, qui était le gardien du registre des Sasines (titres de propriété légaux) et qui tenait de nombreux dossiers personnels, joua au golf à Leith en 1672. L’étudiant en médecine Thomas Kincaid fit de même à l’hiver 1687-1688. Les deux enregistrent le trajet aller-retour en autocar d’Édimbourg à Leith à 10 shillings, soit environ une demi-livre écossaise. Les golfeurs d’Édimbourg étaient prêts à payer pour jouer à Leith Links.

77Cannongate

 

77 Canongate, Esquisse d’un jeu royal et ancien de Robert Clark

Plus significatif est le record du premier match de golf « international » en 1681, entre l’Ecosse et l’Angleterre sur Leith Links. Le duc d’York, qui était le frère du roi Charles II et qui allait lui succéder sous le nom de Jacques VII d’Écosse / II d’Angleterre, était alors en résidence en tant que commissaire du roi à Holyroodhouse. Deux nobles anglais de son entourage ont affirmé que le golf était un jeu anglais. Le duc n’était pas d’accord et les a défiés à un match de golf pour régler l’affaire, choisissant John Patersone comme partenaire de jeu. Patersone était un golfeur « champion« , en tant que « cordiner » et fabricant de balles de golf. Sans surprise, le duc, qui était lui-même joueur de golf, et son champion ont gagné pour l’Écosse et on dit que Patersone a acheté une maison au 77 Cannongate avec le lion’s part de la bourse gagnante que le duc a généreusement partagé avec lui. La maison s’appelait «Golfers Land» et le duc avait un écusson apposé à l’extérieur avec un dessin héraldique et la devise des golfeurs «Far and Sure» inscrite dessus. À la mort de John Patersone, il possédait également une maison à Leith, à partir de laquelle il fournissait du matériel de golf à la noblesse. Il a eu le privilège unique d’être autorisé à payer son «feu de cinq merks écossais» (loyer foncier) dans les clubs de golf pour le Lord Provost.

Premier caddie de golf nommé

Mémorial de Paterson

 

Mémorial de Paterson

Cannongate fait partie du Royal Mile à Édimbourg et Patersone’s Golfers Land a été démoli en 1960. C’est maintenant le site d’un pub moderne et on ne se souvient que d’une plaque. Il rivaliserait avec n’importe quel prix aujourd’hui pour un seul jeu de golf. L’histoire complète est rapportée dans le Rules of Thistle Golf Club qui rapporte que le garçon qui portait les clubs du duc d’York était Andrew Dickson, un futur fabricant de balles de golf, qui est ainsi devenu le premier caddy  ou forecaddy enregistré au monde . Il n’est pas enregistré si Andrew Dickson a obtenu le pourcentage habituel du cadet. Dans sa vieillesse, Andrew a raconté l’histoire à un jeune historien local, William Tytler, qui l’a ensuite enregistrée pour la postérité.

En 1724, «  un match solennel de golf  », le premier rapporté dans un journal, eut lieu sur Leith Links, entre l’honorable Alexander Elphinstone et le capitaine John Porteous de la City Guard pour une participation de 20 guinées (22 livres). Les deux hommes seraient ensuite rapportés dans la presse. Alexander Elphinstone s’est battu en duel à Leith Links en 1729. Puis en 1736, le capitaine Porteous a donné son nom aux Porteous Riots, lorsque plusieurs citoyens d’Édimbourg ont été accidentellement abattus. Il a été lynché plus tard par une foule qui pensait que le gouvernement allait lui pardonner de son côté ces morts.

Première compétition de golf, règles et capitaine

Bien sûr, l’événement de golf unique le plus célèbre sur les Links a eu lieu le 2 avril 1744 ; l’occasion de la première compétition de golf au monde organisée par un groupe de golfeurs qui allait devenir connu sous le nom de l’ Honorable Company of Edinburgh Golfers . Cela a produit les premières règles du golf  et le premier capitaine du golf, le Dr John Rattray. En 1994, il y a eu un match du 250e anniversaire, dûment commémoré par le cairn sur les liens.

LeithLinksplaque02

 

Une autre plaque commémorative sur le cairn est un dessin d’ensemble, illustré ci-dessus, des cinq trous utilisés par 1744 sur le parcours. Le parcours commence en bas à gauche et se joue dans le sens des aiguilles d’une montre. Le trou «d’entraînement» n’est pas représenté, joué avant le premier tour mais pas lors des tours suivants. Nous ne savons pas quand les premiers trous ont été aménagés. Il y a un deuxième cairn sur le site du deuxième trou, au nord des liens dans ce qui était le terrain de l’ancien magasin d’obligations White and Mackay, en cours de réaménagement pour le logement.

Pavillon du club de golf de Leith

Pour commencer, les golfeurs de Leith utilisaient des auberges locales pour l’hospitalité. Un favori particulier était Clephane’s Inn dans le Kirkgate (démoli au 20ème siècle). En 1768, la Hon Company a construit un club-house appelé «la maison du golf» , qu’ils ont utilisé avec le Thistle Golf Club , fondé en 1815. Ce club-house a été vendu en 1833 pour payer des dettes. La Hon Company a recommencé à jouer à Musselburgh en 1836, mais le club de golf Thistle n’a pas eu cette chance. Ils ont disparu pendant trente ans et n’ont recommencé à payer qu’à Leith vers 1869 en utilisant le 8 Vanburgh Place comme club-house . Le chardon a continué jusqu’à la fin du siècle, quand ils ont effectivement cessé d’exister.

Le bâtiment Golf House  n’existe plus. Après avoir été vendu par le club, il est devenu un pub ordinaire. C’était à côté du premier tee, sur le site du bâtiment construit à l’origine pour l’école secondaire Leith Academy , plus tard utilisé par l’Université Queen Margaret et maintenant converti en appartements.

Jusqu’à récemment, le cairn au-dessus était le seul repère commémoratif du début du golf proprement dit. Cependant, en 2019, une statue de John Rattray et trois plaques de bronze ont été érigées au nord des liens près du terrain de boules. Cela a été organisé par la Leith Rules Golf Society qui organise également occasionnellement un parcours sur les liens pour le jeu en noyer.

Projet Rattray

 

Impression d’artistes de la statue de Rattray sur Leith Links par WJ Cairns

En dehors de cela, il n’y a pas grand-chose pour commémorer le match national écossais à Édimbourg. Le Museum of Scotland à Édimbourg ne possède que neuf artefacts de golf dans un coin d’une armoire. Ils comprennent 3 clubs, 4 médailles, une boîte de balles de gutta percha et une coupe Thistle Golf Club .

  • 1744 – The Honourable Company of Edinburgh Golfers

A l’origine « Gentlemen Golfer of Leith », établi depuis fort longtemps sur un links de 5 trous en bord de mer au pied d’Edinburgh. Mais cette année là, ils vont tenter de mettre un peu d’ordre dans un jeu où chacun faisait sa soupe comme il l’entendait. Pour ce faire, ils établiront des règles écrites en 13 points. Pendant près d’un siècle les joueurs se contenteront de ce 5 trous, mais ils deviendront si nombreux qu’en 1836 ils s’installeront à Musselburgh sur le Old Course de 9 trous. Musselburgh qui devant l’affluence de nouveaux membres avait dès 1795 réclamé le titre de « The Honourable Company of Edinburgh Golfers » qui lui sera accordé en 1800. Des Edinburgh Golfers qui migreront ensuite vers Muirfield.

 
  • 1754 – The Society of St Andrews Golfers, les codes

Le Club de Golf de St. Andrews fut créé en 1754 sous le nom de « Society of St Andrews Golfers« , la même année il édictait un premier recueil officiel des règles de Golf. Si elles s’appuyaient sur les 13 points définis par les golfeurs de Leith 10 ans plus tôt, elles étaient beaucoup plus détaillées et s’efforçaient d’encadrer toutes les situations de jeu connues. C’est dans cet esprit qu’elles continueront à évoluer et au fil des ans on verra s’ajouter la reconnaissance de nouvelles formes de jeu comme le strokeplay en 1759 ou des précisions concernant la gestion de situations telles que balle pluggée, terrain en réparation, temps imparti à la recherche d’une balle perdue, obstacles d’eau, etc.. toutes choses nécessaires pour tenir compte de l’évolution des parcours, la diversification des paysages liée à l’avancée du Golf sur tous les Continents ou bien encore l’évolution du matériel et des techniques d’entretien des parcours.

De temps en temps, il sera procédé à un dépoussiérage en profondeur, depuis la création des règles en 1754, nous en comptons 5 : En 1899, 1934, 1952, 1984 et 2019.

 
  • 1786 – Les Clubs de Golf essaiment autour du monde

Jusqu’alors avec la présence britannique un peu partout dans le monde, on avait bien entendu parlé de pratique du Golf par-ci par-là, comme par exemple à Fort Orange, qui deviendra Albany dans l’Etat de New York où en 1659 interdiction fut faite de jouer au Golf dans les rues en raison des dégâts causés aux fenêtres, ou bien encore sur l’île de Bunce en Sierra Leone (anciennement Bence, du nom de John Bence, un riche marchand londonien) en 1770 où les acteurs peu glorieux des trafics d’esclaves, s’y exerçaient, jusqu’à ce que le trafic transatlantique soit rendu illégal par le Parlement Britannique.

Avec la standardisation des codes, le Golf va susciter un attrait croissant et les Clubs vont fleurir et envahir la terre entière, on notera, sans toutefois prétendre à une chronologie exact, car en de nombreux Pays, ils sont parfois plusieurs à en revendiquer la primeur:

1786 – USA – Le South Carolina Golf Club Harleston Green course de Charleston,

1829 – Inde – Le Royal Calcutta,

1844 – Île Maurice – Le Mauricius Gymkhana Club à Vacoas,

1852 – Irlande – The Royal Curragh Golf Club à Kildare,

1856 – France – Pau, le premiers parcours d’Europe continentale,

 

1870 – Australie – Royal Adelaïde,

1871 – Nouvelle-Zélande – Dunedin Golf Course,

1874 – Canada – Royal Quebec Golf Club à Boischatel,

1885 – Afrique du Sud – Royal Cape Golf Club,

1888 – Pays de Galles – Tenby Golf Club,

1903 – Japon – Kobe Golf Club.

Voilà la planète étant envahie par le Golf.

L’histoire du golf sur grand écran

Tommy’s Honor et Loopers – The Caddie’s Long Walk sont récemment sortis au cinéma et sont désormais disponibles à la vente ou à la télévision. 

Vous attendez des années pour un film sur l’histoire du golf, puis deux arrivent à la fois. 

L'honneur de Tommy 2016

L’honneur de Tommy 2016

Tommy’s Honor  a trois thèmes principaux. Le premier est l’histoire de la relation de Tommy avec son père, Old Tom Morris, à l’époque où Young Tom commençait à l’éclipser en termes de golf et à devenir plus indépendant. Deuxièmement, il y a sa romance avec l’amour de sa vie, Meg Drinnan. La plupart des gens sont conscients que cela s’est terminé par la mort prématurée tragique des deux. Troisièmement, il y a son attitude rebelle envers  la division de classe entre les professionnels en activité et les gentlemen joueurs, qui contrôlaient le jeu, et les attitudes contrastées que Young Tom et Old Tom avaient à cet égard. 

L’ascension de Tommy vers les sommets du golf semble presque accidentelle et il n’y a aucune tentative de recréer des récits coup par coup de ses grandes victoires. Le jeune Tom a dominé le jeu à son époque, remportant l’ancienne ceinture rouge trois fois de suite et ainsi le droit de la conserver. Lorsqu’un nouveau trophée, le Claret Jug, l’a remplacé un an plus tard, il l’a également remporté, ce qui représente quatre victoires consécutives sans précédent.

Boucleurs 2019

Boucleurs / Loopers est un documentaire sportif américain sur les caddies de golf et leur relation étroite, mais variée, avec les golfeurs professionnels. Le film est raconté par Bill Murray et comprend principalement des entretiens avec d’éminents golfeurs et des commentateurs sur le rôle joué par les caddies. 

L’importance du caddie est sous-estimée et souvent un aparté humoristique dans le golf et ce film vise à remettre les pendules à l’heure. 

On dit souvent qu’un bon caddie fait trois choses : se montrer, tenir le coup et se taire. Mais un grand caddie porte plusieurs chapeaux. Ils sont le psychologue du joueur, la figure mère/père, le conseiller technique et le confident. Le film dévoile la dynamique de travail entre des partenariats célèbres……

Pour certains, la relation est lointaine, mais pour d’autres, il s’agit d’une équipe critique, produisant plusieurs victoires notables qui ne se seraient probablement pas produites autrement. 

Le producteur de Loopers est Clark Cunningham, qui a une véritable appréciation de l’histoire du golf et de ses traditions. Il a beaucoup voyagé et a interviewé bon nombre des personnes présentées. Outre son rôle dans la réalisation de films, il est l’auteur de  The Peerless Foursome: the Spyglass Cup , un roman pour jeunes adultes sur le golf junior. 

Tommy’s Honor  dure 95 minutes avec une cote PG. Après avoir été projeté dans plusieurs festivals de cinéma, il a eu une sortie en salles limitée en 2017. Il était récemment sur la BBC et était disponible sur iPlayer. Old Tom est joué par Peter Mullan et Col Boothby par Sam Neil. Les deux protagonistes principaux Tommy et sa femme Meg sont interprétés par Jack Lowden et Ophelia Lovibond. 

Loopers – The Caddie’s Long Walk est sorti en 2019. Il dure 80 minutes et a également une cote PG. Il est désormais disponible à la demande sur SKY SPORTS ou à l’achat sur Amazon. La bande-annonce de 2 minutes peut être vue ici sur YouTube . 

Le réalisateur est Jason Baffa et les contributeurs incluent Ben Crenshaw, Nick Faldo, Bill Murray, Curtis Strange, Lee Trevino, Tom Watson, Teddy Julian, Gordon Rorison, Michael Collins, David Hamilton, Roger McStravick, Neil Laird, Ward Clayton, Mike Kiely , John Lynch, Danny Cook, Martin Barrett, Steve Williams, Katie Reid, Trevor Williamson, Mike Keiser.