ACADEMYCONSEILS DU PRO

Le secret pour vous entraîner comme un joueur Pro !

Pratiquer jusqu’à ce que vos mains saignent  est un conseil souvent donné aux jeunes joueurs qui aspirent à une carrière dans le golf professionnel.

Répétez, répétez, répétez afin de jouer comme une machine et sans erreur  est un autre mantra prêché par certains parents et entraîneurs.

C’est un conseil bien intentionné, mais qui manque.

L’erreur la plus courante que je vois commettre chez de jeunes joueurs d’élite est de construire un swing semblable à une machine, puis de l’enfoncer dans une pratique répétitive de l’aube au crépuscule.

Au lieu de cela, ce que j’ai appris de première main des joueurs de tournée est qu’ils cherchent à développer leurs compétences et leur confiance  en eux avec leur temps de pratique.

Alors, quelle est la différence entre créer le swing parfait et développer des compétences?

Une erreur commise par de nombreux golfeurs est de prendre plusieurs seaux de balles, de poser une aide à l’alignement, de prendre un fer 7 et de simplement essayer de frapper la balle de manière parfaite avec le même vol vers la même cible à chaque fois.

Ces golfeurs pensent que plus ils frappent de balles, plus ils créent de mémoire musculaire.

Ils pensent pouvoir réussir sur le parcours ou le tournoi et pouvoir jouer au golf automatique, comme une machine, sans erreur.

Pourquoi ça ne marche pas?

Tout d’abord, comprenons que les aspects émotionnels ou psychologiques liés au fait de frapper une balle sur le terrain de tir et de frapper une balle sur le parcours d’un tournoi sont aux antipodes. Si vous frappez un mauvais coup dans le champ de tir, il vous suffit de prendre une autre balle et de chercher à corriger le mouvement du prochain coup.

Sur le parcours, vous devez d’abord relever le défi physique de l’architecte de golf de ce parcours – peut-être de l’eau sur la gauche, des arbres à droite, un bunker de fairway, etc. – mais ensuite, vous aurez un défi mental.

Vous voulez bien faire, vous voulez tirer un certain score, vous pensez ce que font les autres joueurs, etc.

Ces deux scénarios ont peu de relation l’un avec l’autre, et c’est pourquoi essayer de créer un swing semblable à une machine sur le terrain. a une valeur très limitée.

Le ressenti d’un joueur de golf amateur est différent entre le moment où il fait son coup d’essai et le moment où il va exécuter le coup réel ?

Cela signifie-t-il que la pratique est pour rien?

Absolument pas. La pratique est l’endroit où vous pouvez développer vos compétences.

Si vous pouvez visualiser comme Jack Nicklaus, vous verrez la totalité du coup dans votre tête lors de votre entraînement avant coup ,la forme, la trajectoire et même son comportement à l’atterrissage.
La visualisation pénètre dans votre subconscient, qui contrôle en fin de compte un mouvement fluide (si vous le laissez faire!).
Plus vous pouvez vous concentrer sur ce résultat positif, moins vous penserez à un résultat négatif et meilleur sera votre élan.  C’est le moment de vraiment commencer à zoner sur cette cible.

Le golf est un jeu très ciblé, et c’est là que presque tous vos efforts.

Ces swings d’entraînement ne consistent pas simplement à pratiquer un exercice de swing, il s’agit de répéter le coup dans votre esprit.
Cela augmente notre engagement et nous éloignera de tout ce qui est technique.
Imaginez en réalité que la balle parte de la face du club et vole vers la cible.
Ceci est particulièrement important avec les coups plus courts où la sensation et la vitesse sont nécessaires.
Essayez de faire en sorte que le nombre d’essai de pratique soit le même à chaque fois.
L’alignement est une cause de tirs médiocres et de problèmes de swing, même pour les meilleurs joueurs du monde.
Il est essentiel d’obtenir quelque chose dans notre routine et de la rendre méticuleuse.
Plusieurs choses peuvent fonctionner pour vous mais ma préférence (et pour la plupart des meilleurs joueurs) et d’être plutôt face à la cible lors des coups d’essai pour une meilleure visualisation.
C’est le moment pour l’esprit subconscient de prendre le relais. L’esprit logique / analytique a fait son travail.
Nous sommes aussi préparés que possible.
La phase de réflexion de la routine pré-tir est terminée et vous êtes maintenant en mode « play ».
Prenez quelques respirations profondes (complètes) par les narines et expirez lentement par la bouche ou les narines. Cela soulagera la tension dans votre corps, vous permettra de sentir votre centre (abdomen) et améliorera votre équilibre.
Si des pensées négatives se glissent à tout moment, recommencez.
À ce stade, nous pouvons introduire un déclencheur tel qu’un verbal, tel que « Commit », en fonction de ce qui fonctionne.
Vous êtes maintenant centré sur la cible et pouvez être certain de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour assurer une bonne exécution.
Ce n’est pas le moment d’hésiter ou de créer du temps pour que votre travail positif soit annulé, alors j’aime faire cette partie assez rapidement.
Vous pouvez essayer quelque chose comme «Alignez, regardez, partez» (si vous avez un waggle vous pouvez également le mettre là aussi), ce qui signifie que vous vous alignez à votre position, jetez un autre regard sur la cible, puis «partez». Cela peut aussi être considéré comme «prêt, partez, allez!» Ou «visez et tirez».
Pas plus de réflexion est nécessaire. Idéalement, vous ne penserez pas au swing.

Bob Rotella a déclaré:

« Ce n’est pas ce qui arrive aux golfeurs, mais comment ils choisissent de réagir à ce qui se passe, c’est ce qui distingue les champions.« 

Que nous réagissions négativement ou positivement (et que vous avez le choix).
Cela peut sembler beaucoup au début, mais avec la pratique, cela deviendra une seconde nature. Une bonne routine avant le coup fera beaucoup plus pour votre jeu que de penser à votre score ou à tout résultat négatif possible. Cela demandera des efforts et une concentration accrue, mais vous vous concentrerez davantage sur le processus, plutôt que sur les résultats, ce qui améliorera considérablement la cohérence de votre exécution.

Les points critiques sont: (1) Comment vous pratiquez et (2)

Dans quelles conditions.

Lors d’une conversation il y a 17 ans avec Michael Campbell, qui a remporté l’US Open 2005, il a révélé un concept qu’il a qualifié de règle du tiers. En substance, cela signifie diviser votre pratique en trois parties.

  • Dans la première partie,  vous vous concentrez sur le progrès de votre technique.
  • Dans la deuxième partie, vous vous concentrez sur le rythme et le mouvement.
  • Dans la troisième partie, vous simulez la concurrence.

Donc, si Michael faisait une session de jeu de 60 minutes, il pourrait la diviser en trois parties.

Partie 1: 20 minutes de travail sur la technique du swing, en utilisant des perceuses à clé définies pour lui par son entraîneur. Dans cette partie de la pratique, il n’est pas difficile d’atteindre une cible avec un seul club et d’utiliser du matériel d’entraînement comme des bâtons d’alignement.

Partie 2: Dans cette partie de la pratique, aucune pensée technique n’est autorisée. Chaque coup doit aussi être différent. Vous pouvez utiliser le même club pour cinq tirs, mais vous devez viser cinq cibles différentes. Ou encore, faites l’exercice de neuf coups de Steve Bann où vous frappez chacun des neuf vols de balle sur des balles différentes. Cela peut aussi vouloir dire changer de club à chaque coup. En substance, il est question de variabilité. Lors du swing, les golfeurs doivent se concentrer sur le tir plutôt que sur la technique.

Partie 3: Dans cette partie de la pratique, vous vous mettez sous la pression en introduisant un élément «gagnant-perdant». Cette dernière section crée un pont entre votre pratique et votre jeu. Il vous aide à transférer votre travail de télémétrie pour réussir de bons coups dans l’étirement. Des tests approfondis ont montré que la pratique dans des situations sous pression est le moyen le plus efficace de vous vacciner contre les effets négatifs de la pression. Utilisez votre routine avant le tir comme vous le feriez sur le parcours et organisez un exercice d’entraînement spécifique qui crée une compétition.

Ce concept d’un tiers concerne tous les aspects du jeu: une séance de putting, une pratique du jeu court, un entraînement en coin, etc.

Ce que j’ai trouvé en appliquant le concept depuis plus de 15 ans, c’est qu’il aide les joueurs à créer ce que j’appelle confiance concurrentielle ou confiance sous pression. Parce qu’ils ont été testés et mis au défi lors de la pratique, ils sont mieux préparés pour performer lorsqu’ils font face à des défis et à des pressions pendant la compétition. Entraînez-vous de cette façon et vous serez en mesure de renforcer la confiance en votre capacité à frapper la balle sous la pression. C’est en cela que consiste le tournoi, être capable d’exécuter le coup clé au moment critique.

Cet été, Jordan Spieth a remporté le plus grand tournoi de golf, l’Open Championship. Il a eu les quatre meilleurs jours de sa carrière, qui compte déjà beaucoup de stars.

Son jeu était loin d’être comme une machine, mais il possédait une confiance et des compétences concurrentielles. Cela lui a permis d’obtenir la balle dans le trou plus de 72 trous en moins de coups que n’importe quel autre concurrent, ce qui est l’essence même du golf en tournoi et l’habileté dont nous avons besoin pour gagner du temps.

La vidéo ci-dessous présente quelques exercices d’entraînement compétitifs que vous pourrez essayer lors de votre prochaine séance d’entraînement.

L’entraîner physiquement pour le golf comme un pro ou comme un amateur ?

Dans la continuité de notre nouvelle rubrique consacrée à la préparation physique pour le golf, nous utilisons toujours comme support l’excellente vidéo réalisée par TaylorMade, au contact des golfeurs professionnels dans leur préparation physique spécifique pour le golf.

Pourquoi faire de la préparation physique spécifique pour le golf ?

La question la plus fréquemment posé par les gollfeurs, est comment faire plus de distance ?

Il existe 3 grandes écoles pour réellement répondre à cette question :

    • acheter du matériel adapté comme aimerait nous convaincre la plupart des fabricants, et c’est vrai que c’est une réponse, même si ce n’est pas forcément la seule ou la meilleure. Par exemple, on peut aller plus loin que le fitting (adaptation des clubs de golf à son swing), on peut aussir recourir aux services d’un club-maker, ce qui est encore le mieux en la matière.
    • Prendre des cours et améliorer sa technique.
  • Et enfin, on en parle généralement moins souvent : mettre sur pied un programme de préparation athlétique adapté à la pratique du golf !

Le golf est un sport !

Cette affirmation doit définitivement rentré dans les têtes, et surtout, celles de ceux qui ne jouent pas au golf. Le golf à la papa, c’est fini ! Pour bien jouer au golf comme pour être un bon sportif, il faut adopter la bonne attitude sportive.

Prendre soin de son corps, prévenir les blessures, savoir récupérer, et se préparer à la pratique d’une activitée qui vous demande au bas mot, 4 heures de marches et la répétition de plus d’une centaines de gestes par parcours.

Quand on interroge notre consultant sur cette même question « Comment faire plus de distance au golf ? », sa réponse ne se fait pas attendre : faire des abdos !

Au golf, le moteur du swing provient essentiellement du ventre !

De meilleurs abdominaux sont la clé pour un swing physiquement plus consistant.

Maintenant, dans la vidéo ci-dessus, on peut voir comment des golfeurs professionnels abordent cet aspect du jeu de golf avec des préparateurs ou coachs spécifiques, des outils de travails (salles de sports, ballons, plate-formes, etc.)

Mais pour un amateur, se posent d’autres problèmes plus concrets : avoir le temps, avoir les équipements, avoir l’envie de s’astreindre à des exercices quotidiens, et pire encore, avoir les moyens d’embaucher un coach personnel.

En somme, pour la réalité d’un golfeur amateur, ce n’est pas du tout envisageable. Le golf est un sport mais aussi un loisir et/ou une passion qui prend déjà beaucoup de temps.

Le bon conseil en matière de préparation physique pour le golf ne sera donc pas le même pour un golfeur qui joue 1 dimanche sur 4, ou celui qui joue tous les soirs, et y compris le week-end !

Si on devait garder en tête, un seul conseil pour la préparation physique, ce serait celui de faire tous les matins, une petite série de 25 abdominaux.

Les exercices varient mais le but est de renforcer la ceinture abdominale.

Par exemple, on peut s’allonger au sol (utiliser un tapis de fitness) ou alors un matelas de chaise de jardin (tout support qui peut vous permettre d’être à l’aise). Puis commencez par mettre vos bras avec les mains croisés derrière la tête, et hissez le haut de votre corps (tête, buste, ventre) vers l’avant depuis votre position allongée. Bien sûr, vos jambes doivent être maintenues fixes au sol (si possible paralèlle).

Le tout, c’est de créer une tension entre le haut et le bas du corps, pour que la ceinture abdominale soit sollicitée dans son rôle de coordination, et de résistance.

Il existe une multitude d’exercices pour produire le même résultat. A vous de trouver, celui qui vous convient, et qui surtout, est simple et rapide à mettre en oeuvre dans un but de pratiquer régulièrement.

Mieux vaut 25 exercices pendant 1 minute tous les jours que 100 exercices réalisés une fois de temps en temps !

Trouver une minute tous les matins en se levant est encore possible, malgré les contraintes de temps d’une personne dont le métier n’est pas le golf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *