Les origines du golf d’Ableiges « AVE CESAR »

Ave César en latin : Avē Cæsar était à l’époque impériale romaine une formulation rapide utilisée pour saluer l’empereur.  Avē est un interjection latine issue du verbe ăvĕo «saluer». La voie romaine se fait chemin d’exploitation agricole longeant les rideaux de culture sur Ableiges.

VISITE DU PARCOURS VUE DU CIEL

(ci-dessous)

LES ORIGINES

Un peu d’histoire sur le golf club d’Ableiges

Découvrez son histoire, comment est apparu le golf et son évolution à travers les siècles.

Le site est protégé, car reconnu comme le « premier camp gallo-romain » installé par Jules César dans sa conquête de Lutèce. Le nom d’Ableiges (ou Ablege) serait d’origine gauloise.  Il viendrait du celtique « Ab Leg » qui veut dire « Pierre »Peuplée dès l’époque antique, la commune conserve des traces de la voie romaine.  Une importante nécropole mérovingienne a été découverte au lieu-dit des Buis. Une stèle funéraire découverte sur le site est visible au musée archéologique de Guiry-en-Vexin. La chaussée n’a pas été construite sous Jules CésarIl s’agit en fait d’une confusion remontant au Moyen Âge avec l’empereur Julien dit l’Apostat nommé César des Gaules de 355 à 361. Entreprise sous le règne d’Auguste ou de son successeur Tibère durant le premier quart du Ier siècle, la chaussée Jules-César fut probablement achevée une trentaine d’années plus tard sous le règne de Claude, conquérant de la Britannia. Aujourd’hui Vingt et un kilomètres traversent le Vexin français. Cet itinéraire rejoignait Lyon (Lugdunum(Luteci) et (Rotomagus).

Au temps des Gallo-ro mains Lors de la guerre des Gaules que mena le proconsul Jules César de 59 à 50 avant Jésus-Christ, les légions romaines se heurtèrent notamment aux Véliocasses, tribu celtique dont le territoire s’étendait de Pontoise jusqu’à l’estuaire de la Seine. Après la conquête, le mode de vie romain et son administration, ses institutions, sa religion, son urbanisme se superposèrent aux coutumes des peuples de Gaule. Rotomagus (Rouen), devint ainsi le chef-lieu de la civitas (cité) des Véliocasses. Comme l’étymologie de son nom le rappelle, une partie de ce territoire est devenu le Vexin français.

Le blason les armoiries anciennes des Maupeou, seigneurs d’Ableiges:

Or et d’argent, au porc-épic de sable au chef d’azur chargé de trois étoiles
  Gilles Ier  Jean  évêque       René-Charles            René-Nicolas de Maupeou,
Habité depuis les temps les plus reculés et avec certitude à l’époque gallo-romaine,
Ableiges a connu son heure de gloire grâce à la prestigieuse famille des Maupéou d’Ableiges.

Le blason original d’Ableiges, lui, se trouve gravé dans l’église du bourg, au-dessus du caveau des Maupéou.

Mais tout n’a pas été tout à fait oublié, puisque le blason des Maupéou d’Ableiges, armoire de la commune, a été repris par l’AS du golf.
                                                                                       C’EST A FAIRE

LES ETANGS ET LE VEXIN

Le Vexin français est une ancienne province et une région naturelle de France, qui se situe dans le nord-ouest de l’Île-de-France et pour une partie en Hauts-de-France, étendue sur les départements du Val-d’Oise, des Yvelines et de l’Oise. Le mot Vexin viendrait du nom d’un peuple gaulois les Véliocasses qui occupaient la région : le pagus des Véliocasses qui devint le pays du Vexin jusqu’au traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 : La géologie du Vexin français, constitutif du bassin parisien, est caractérisée par sa nature sédimentaire. Le sous-sol comprend plusieurs types de roches superposées. La première est la craie blanche campanienne, la plus ancienne, datant d’environ 80 millions d’années et d’environ 80  mètres d’épaisseur, qui affleure dans les fonds de vallées.

Le Parc naturel régional du Vexin français, premier Parc (et, à ce jour, le seul) à avoir obtenu, en 2014, le label « Pays d’art et d’histoire », offre en effet tout à la fois ses très beaux paysages et de très nombreux témoignages de son histoire. La chaussée Jules-César a, depuis 2000 ans, contribué à façonner le paysage dans lequel elle s’inscrit et à construire l’identité du Vexin français dont le Parc a, aujourd’hui, pour vocation de protéger les patrimoines, de les valoriser et de les présenter à tous les publics. Patrimoines naturels aussi bien que culturels. La découverte de la chaussée, en partant de la Ville d’art et d’histoire de Pontoise, est un trait d’union idéal entre d’autres visites ou d’autres itinéraires de randonnée (le Parc disposant de plus de 1 000 km de circuits balisés). Puisse cette visite vous rendre impatient de découvrir les autres richesses du territoire, en vous laissant guider par les autres publications du Parc, son site internet ou encore la belle application «Valdoise MyBalade». Marc Giroud Président du Parc naturel régional du Vexin français

Dépaysement au golf d’Ableiges

Une sortie golfique mais aussi culturelle, la région regorge de sites historiques prestigieux. Voyagez de la préhistoire à l’histoire l’espace d’un week-end, en passant par l’époque gallo-romain ou en vous échappant sur la route des impressionnistes.

Découvrez une région riche en musées, édifices religieux, châteaux et autres domaines à visiter.

En plein cœur du Parc Naturel du Vexin Français se trouve un village peuplé d’irréductibles Ableigeois

Partez à la découverte de leur golf à seulement 35 minutes de Paris par l’A15 ou A13 !

Le golf club d’Ableiges a été aménagé en 1989 dans la vallée de la Viosnes, à 30 km de Paris et bénéficie de l’environnement magnifique du Vexin Français. Ses deux parcours de 9 et 18 trous ont été dessinés par Jean Garaïalde et par l’architecte Jérémy Pern.

Très complémentaires, ils répondent parfaitement aux attentes des joueurs de tous niveaux sur les 85 hectares de l’ancien Haras de Montgeroult, autour d’un bois de 15 hectares, ici la forêt joue un rôle primordial dans l’écosystème: elle fournit en grande partie de l’oxygène et absorbe le CO2, limitant ainsi le réchauffement climatique. Qui plus est, elle joue aussi un rôle déterminant dans la biodiversité, en servant d’habitat à de nombreuses espèces végétales, animales, et en toile de fond, l’air de la campagne dans le Vexin Français toute l’année.

Le Vexin vu du ciel, une autre alternative pour les plus pressés. Montez à bord d’une montgolfière pour profiter de panoramas exceptionnels.

dans un environnement de charme adapté à tous les swings, un parcours vallonné et boisé, assaisonné de tous les ingrédients nécessaires pour pimenter votre parcours : des pièces d’eau, de larges fairways, des greens roulants et des bunkers bien placés. Voilà ce que proposent le 18 trous « Les Etangs » et les 9 trous du « Vexin » : par Prune Junguenet

VUE DU CIEL (ci-dessous)

Dépaysement assuré aux portes de Paris pour se ressourcer, se détendre et se restaurer.

Prenez place sur l’une des nombreuses terrasses ou à l’abris de la véranda du restaurant où vous pourrez déguster une cuisine « fait maison« . En définitive, le golf d’Ableiges est un lieu prisé par les golfeurs comme par les promeneurs initiés.

Si les 27 trous du golf d’Ableiges ne vous ont pas suffi, il existe de nombreuses randonnées pédestres (GR1, GR2, GER11) sur la route du Vexin Français et la Chaussée Jules César.
La région est également riche en centres équestres et vous pourrez aisément vous balader à cheval en pleine nature.

En fin de journée, rien de tel pour vous détendre que de goûter une des bières artisanales du Vexin.

Les coordonnées tél : 01 30 27 97 00 E-mail : golf@ableiges-golf.com : www.ableiges-golf.com/

Golf d’Ableiges Chaussée Jules Cesar 95450 ABLEIGES 

Vue du ciel sur « Les Etangs-18 T. » dessiné autour d’un bois de 15 hectares par Jean Garaïalde (l’un des plus beau palmarès du golf Français) et Jérémy Pern. (architecte http://www.jeremypern.com/

Deux parcours de golf « inspirés par la nature »

Aux 3 étoiles qui surmontent le porc-épic, on été ajouté les 2 clubs de golf. « Le porc-épic et le logo de l’AS »
En 1987 débute les travaux du futur parcours dans « Le Vexin Français » sur les 85 hectares du Haras de Montgeroult
Le Golf Club Associatif d’Ableiges fut fondé : le 01/06/1989
La Chaussée Jules César passe devant le Golf Club d’Ableiges
                                                                                

Historique de la famille de Maupéou 

ON DISTINGUE AINSI :
la généalogie de la famille  PDF ICI   prononcer « mau-pou », est une famille subsistante de la noblesse française, anoblie par lettres patentes en 1587.

Château situé dans le parc naturel régional du Vexin français. Château construit dans la première moitié du 17e siècle (cité en 1640). Au début du 18e siècle, ajout d’une aile en retour à l’extrémité nord du logis et construction de communs de 1704 à 1707. Aménagement de deux citernes en 1723, l’une sous la cour d’honneur et l’autre sous le verger. Implantation d’un haras dans le domaine vers 1850.

L’Association du nom des Maupéou au nom d’Ableiges remonte au 11 décembre 1614, lorsque le chevallier Gilles de Maupéou, contrôleur général des finances d’Henri IV achète la seigneurie d’Ableiges. Anobli par Henri IIIGilles de Maupéou, dit Gilles 1er, va gérer son domaine à la perfection.

Il s’empresse de racheter de nombreuses terres aux alentours (y compris le terrain du golf). Il aura alors les droits de moyenne et basse justice sur tout le territoire. Il mettra son petit-fils, Nicolas Fouquet, à la tête de la finance où celui-ci aura la brillante mais courte carrière qu’on lui connait. Gilles II, Gilles III et Gilles IV continueront l’oeuvre de leur ancêtre.

La famille de Maupeou est composée de quatre grandes branches généalogiques parmi lesquelles deux subsistent aujourd’hui. On désigne généralement ces branches du nom d’une des seigneuries qu’elles possédaient.

La branche des seigneurs de Monceau (aujourd’hui « Mousseau » à Évry), éteinte au xviiie siècle, la branche des seigneurs de Bruyères aujourd’hui Bruyères-sur-Oise ,éteinte en ligne légitime, prolongée en ligne illégitime par la branche dite d’Alsace, la branche des seigneurs de Sablonnières, éteinte au xixe siècle, et la branche des seigneurs d’Ableiges, subsistante.

Le village atteint son ère de prospérité sous Louis XIV qui érigera Ableiges en comté. De grande réceptions sont données au château. Le comte Gilles de Maupéou crée un marché régulier et des foires, surtout celle du 1er septembre à la St Gilles.

Le château du 17è siècle, situé au lieu dit « le bois des charmilles » de l’autre côté de la route, à droite du trou n°11, fut rasé et vendu après la révolution.
Seuls subsistent quelques bâtiments de la ferme du premier château, le magnifique pigeonnier du 15è siècle et quelques ruines des fondations.

Louise Elisabeth Antoinette de MAUPEOU d’ABLEIGES. Née vers le 5 décembre 1797 à La Rivière Salée en Martinique.

Fille du Comte Gilles Charles de MAUPEOU d’ABLEIGES et de Louise Elisabeth Le PELLETIER de LIANCOURT. Épouse de Marie Louis Achille de LIRON D’AIROLES de la ROQUE, Colonel d’Etat-major. Décédée le 1er décembre 1880 à Versailles, inhumée à Montpellier au cimetière St Lazare Section B 5e division N° 7 du 1e rang.

Les Maupéou (on prononce Mau-pou) sont issus d’une famille « de robe » (notaires puis magistrats) anoblie au XVIe siècle. « Maison noble du Royaume », elle servit aussi par « l’épée » les rois successifs.

2015-01-11 11_15_29-hpvexin.free.fr_content_histoire-et-patrimoine_secteur_vigny_commune_ableiges_do

Et si, pour une fois, l’histoire de cette famille était lue au travers de celle de ses femmes ?

En effet, si plusieurs membres de cette famille catholique contribuèrent grandement au rayonnement du nom Maupéou, ce sont les filles qui, par leur mariage, apportèrent leur part au fusionnement et à la richesse de familles dont la réputation reposait sur le nom, la fortune terrienne, les charges et les grades dans l’armée. Rappelons qu’à l’époque, le père régnait sur sa famille comme le roi sur son état, en souverain absolu, décidant si sa fille vivrait en liberté dans le monde ou dans un couvent. Elles ne furent donc « que » filles de… sœurs de … épouses de … et bien entendu, mères … d’une nombreuse descendance dont les armes figurent en bonne place dans le Dictionnaire de la Noblesse de France.

Imaginons Antoinette de Maupéou d’Ableiges nous présenter les nombreuses alliances de sa vaste famille…

Les armes de la famille Maupéou : champ d’or au porc-épic passant de sable. Le champ est d’argent pour la branche Maupéou de Sablonnières. (Blason dessiné par O. de Chavagnac pour l’Armorial des As ) Devise : numquam nisi lacessitus (il n’attaque que s’il est attaqué)

Ainsi, dans la famille, il y a plusieurs siècles de cela, Marie de Maupéou (1590-1681), fille du contrôleur général des finances et collaborateur de Sully, Gilles 1er d’Ableiges et de Marie Morelly,  avait épousé par contrat en 1610, François Fouquet le 4ème du nom, Conseiller au Parlement de Bretagne puis de Paris, maître des requêtes (1615) et Conseiller d’état dont elle aura des fils : l’aîné Louis François V Fouquet (1611-1673) entré dans les ordres, devint évêque de Bayonne, évêque et comte d’Agde (Hérault) et hérita par sa mère des terres de son aïeul maternel. Le troisième fils, Basile dit «l’abbé Fouquet», sera chef de la police secrète de Mazarin. Le cadet, prénommé Nicolas (1615-1680), chevalier, marquis de Belle-Isle, Vicomte de Melun et de Vaux, comte de Largouët, Conseiller au Parlement de Metz, Procureur général du Parlement de Paris (1650), Surintendant des Finances (1653), connut un destin tragique : en 1661 il donne une somptueuse réception à laquelle il convie la cour et le roi Louis XIV. Avec un fastueux banquet, des feux d’artifice, des jets d’eau, un déploiement de richesses tels qu’ils vont causer sa perte. Ayant « offusqué le Soleil » le roi le condamne à la confiscation de ses biens et au bannissement hors du royaume. Marie de Maupéou qui survécut de peu à ce fils, avait écrit un ouvrage paru posthume en 1685, au titre évocateur qui, de nos jours, n’aurait aucune chance de connaitre un succès remarquable : Les remèdes charitables de Madame Fouquet, pour guérir à peu de frais toute forme de maux tant internes qu’externes, invétères, et qui ont passé jusques à présent pour incurables, expérimentés par la même dame : et augmentés de la méthode que l’on pratique à l’Hôtel des Invalides pour guérir les soldats de la vérole.

L’automne sur le parcours « Les Etangs »