BIOMECANIQUEPHYSIQUE

Qu’est-ce que c’est et comment former le X-Factor ?

Introduction:

La science du sport est devenue un élément essentiel de la préparation du golf d’élite ces derniers temps. Les clubs, les balles, les chaussures, l’analyse vidéo et les programmes de conditionnement physique sont devenus des lieux courants. 

Cet article vise à se concentrer sur ce que l’on appelle le «facteur X» dans le swing de golf, la relation entre le facteur X et la performance de frappe de la balle, ainsi que les interventions d’entraînement en force et conditionnement visant à améliorer la puissance dans le swing de golf. 

On espère que cela servira de ressource pour aider les entraîneurs et les joueurs à identifier les éléments potentiels du swing de golf sur lesquels se concentrer, ainsi que des interventions possibles sur la force et le conditionnement qui pourraient être plus efficaces que ceux actuellement populaires.

Le terme facteur X est utilisé pour décrire la rotation des épaules par rapport aux hanches tout au long du swing (Cheetham  et Sweeney en 2011).

Il ne faut pas bloquer la rotation des hanches au début de la montée sous peine de rigidifier l’ensemble du BS. Elles tournent moins que les épaules car leur rotation se fait sur deux axes (les jambes) alors que la rotation des épaules se fait sur un axe (la colonne). Il faut que les hanches tournent sans se déplacer latéralement. Cette rotation est le premier accumulateur de puissance. Avec la rotation des épaules, c’est comme si on bandait un énorme ressort. En arrivant au sommet du BS, les hanches et les épaules sont prêtes à se détendre à grande vitesse.
Si on maintient bien son appui intérieur pied droit et une bonne stabilité au niveau du genou droit, on peut difficilement tourner les hanches à plus de 45°.

Cette étude visait à étudier l’importance de la flexion du poignet et de la rotation du tronc par rapport au pelvis autour d’un axe vertical (facteur X) lors du swing de golf, grâce à l’utilisation de la simulation cinématique.

Les données empiriques de 5 golfeurs hautement qualifiés ont été recueillies à l’aide d’un système optoréfléchissant 3D. Un modèle cinématique direct 3D à corps entier a été créé pour prédire le point final du club à 0,02 mm des données empiriques. 

La rotation du facteur X, puis la flexion du poignet ont été bloquées à zéro degré tout au long de la descente, l’effet sur la cinématique de la tête de club a été analysé. Les résultats ont montré qu’une extension / flexion efficace du poignet est d’une grande importance pour la performance, avec une réduction moyenne de la vitesse de la tête du club à l’impact de 46%, lorsque la flexion du poignet est réduite pendant la descente

Le facteur X améliore la puissance de l’élan de golf en utilisant le cycle de raccourcissement par étirement (SSC). 

Le SSC est le passage rapide d’une contraction musculaire excentrique à une contraction musculaire concentrique. Cet étirement excentrique rapide d’un muscle avant sa contraction concentrique produit une contraction plus puissante que si un muscle était contracté purement concentriquement, probablement en raison de l’énergie stockée élastique dans les muscles et les tendons impliqués dans l’action (Flanagan et Comyns en 2008 et Hume en 2005). Les balançoires de golf modernes sont d’excellents exemples d’un puissant mouvement SSC. Pendant le mouvement en arrière, les muscles de la hanche, du tronc / du torse et des épaules sont rapidement étirés, ce qui leur confère une énergie élastique avant d’être rapidement raccourcis ou contractés en période de ralentissement. 

Fig 1: Une illustration du facteur X dans le swing de golf. La ligne jaune représente le tour de hanche et la ligne rouge représente le tour d’épaule dans le backswing. La «séparation torse-pelvien» représente le facteur X.

Recherche X-Factor:

Il a été suggéré que plus le facteur X est élevé, plus le déplacement de la balle sera important. 

Jim Mclean a popularisé le terme en 1992 dans le magazine Golf. Mclean a indiqué que plus le facteur X était grand, en particulier au sommet de l’arrière, plus la distance de tir était grande. McLean a comparé cinq golfeurs professionnels avec un classement moyen de la distance de conduite du 19 e tour (frappeurs longs) avec 5 joueurs ayant un classement moyen de la distance de conduite de 161 e (frappeurs courts). Il a été constaté que la rotation totale des épaules et des hanches n’était pas importante, mais que le facteur X au sommet de l’élévation l’était. Les longs frappeurs avaient un facteur X moyen de 38 o par rapport aux poids courts dont le facteur X moyen était de 24 o(McLean 1992). Meister et al. (2011) ont constaté que le facteur X maximal était très fortement corrélé (0,863 ± 0,134) à la vitesse de la tête du club à l’impact, un prédicateur connu du déplacement de la balle. 

Un certain nombre d’études supplémentaires ont également révélé des corrélations allant de modérées à significatives pour les valeurs du facteur X et la vitesse de la balle, ainsi que des différences notables du facteur X entre les joueurs qualifiés et non qualifiés. En général, les joueurs les plus qualifiés avaient des valeurs de facteur X plus élevées et une plus grande vitesse / déplacement de la balle (Myers en  2008; Cole & Grimshaw 2008, Yungchien 2010) et Cheetham en 2000) ont trouvé des résultats différents en enquêtant sur le facteur X. Plutôt que le facteur X au sommet de l’arrière-plan, il s’est avéré que c’était le facteur X après le début de la descente en raison de l’étirement qui différenciait hautement qualifié (handicap inférieur à 0 et un champion à longue distance) et inférieur. golfeurs qualifiés (handicap de 15 ans et plus). 

 Ce phénomène est connu sous le nom d’étirement du facteur X,

qui correspond à l’augmentation de la séparation des épaules et du bassin au début de la descente, qui est obtenue par une descente commençant par une rotation des hanches vers la cible, indépendamment des épaules. Cette étude était très intéressante dans la mesure où elle analysait les données du facteur X au sommet de l’arrière-plan et au début du ralentissement. Très peu de recherches sur ce sujet ont été effectuées. On a émis l’hypothèse que les golfeurs hautement qualifiés auraient un facteur X plus élevé au sommet de l’arrière-plan et une augmentation plus importante du facteur X (due à l’étirement) au début de la descente. 

Les chercheurs ont constaté qu’il y avait en moyenne une différence de 11% entre les golfeurs hautement qualifiés et les moins qualifiés au sommet de l’élan de golf, mais que cette différence était statistiquement non significative. De manière cruciale, les golfeurs qualifiés ont augmenté leur facteur X au début de la baisse de 19%, contre 13% pour les moins qualifiés. 

Les auteurs ont suggéré que l’étirement du facteur X était plus important pour un élan de golf efficace que le facteur X au sommet de l’arrière. Comme mentionné dans l’introduction de cet article, il a été suggéré que le backswing est important pour tendre dynamiquement les muscles du torse en leur permettant de se contracter avec force en descente, permettant ainsi une génération de puissance maximale.  Une étude de Burden et al (1998) confirme les résultats de Cheetham (2000). 

À l’aide d’une analyse 3D, les chercheurs ont découvert que, chez les joueurs hautement qualifiés, les hanches commençaient la descente en tournant vers la cible, tandis que les épaules tournaient toujours à l’opposé de la cible dans le mouvement arrière. Cela augmente le facteur X dû à l’étirement et permet une plus grande utilisation du principe de la somme des forces et une utilisation améliorée du SSC.

Pour réitérer les différents éléments du X-factor & SSC et son effet sur le swing de golf:

    • Le facteur X et le SSC ont un «double effet» lors du swing. 
    • Au cours de l’élan arrière, lorsque les muscles des hanches, du tronc / du torse et des épaules sont étirés de manière dynamique, de l’énergie élastique est stockée, dont la quantité dépend du degré de facteur X atteint. 
      • Un phénomène important se produit alors, les hanches commencent à pivoter vers l’avant vers la cible pour déclencher le downswing, tandis que les épaules tournent toujours en arrière, en s’éloignant de la cible dans la direction opposée.
  • Cela augmente la distance entre les épaules et les hanches, donc le facteur X, ce qui peut augmenter la puissance du downswing pouvant affecter la vitesse de la tête du club et de la balle.

Force et conditionnement pour le golfeur:

Hume en (2005) et Torres-Ronda (2011) ont publié d’excellentes critiques sur l’analyse biomécanique et les implications de la formation pour le swing de golf, respectivement. Hume en (2005) ont étudié le rôle de la biomécanique dans la distance et la précision des coups de golf. Les auteurs ont résumé le fait que pour maximiser le déplacement des coups de golf, le joueur devrait se concentrer sur quatre éléments principaux. 

    1. Produire de grandes forces de réaction au sol (GRF).
    1. Étirez rapidement les muscles des hanches / du tronc, du torse et des épaules dans le backswing, tout en créant un facteur X important.
    1. Maximisez l’étirement du facteur X tôt dans la récession pour tirer parti du principe de la sommation des forces et du SSC.
  1. Déverrouillez les poignets lorsque le bras est à environ 30 o sous l’horizontale.

Torres-Ronda en (2011) ont souligné un point important: excepté quelques rares exceptions, l’augmentation de la force s’accompagnait d’une augmentation de la vitesse de la balle, indicateur important du déplacement du tir.

 

Fig. 1 Un modèle déterministe du swing de golf montrant des facteurs biomécaniques liés à la réalisation de longues distances dans un tir en profondeur (Hume et al 2005)

Torres-Ronda (2011) a mené une étude sur la force musculaire et son lien avec les performances du golf. Cet examen comportait deux volets et le deuxième élément, à savoir la façon de concevoir des programmes d’entraînement physique plus efficaces, est d’une importance capitale pour cet article. En tant qu’entraîneur de la force et du conditionnement, j’ai pour objectif d’examiner la littérature de manière critique et à partir des principes suggérés par Hume en (2005) et des protocoles d’entraînement utilisés dans l’examen de Ronda-Torres (2011). recommander des programmes d’entraînement potentiellement plus spécifiques et efficaces pour les golfeurs cherchant à augmenter les déplacements de balle. 

Lors de la conception de programmes d’entraînement pour athlètes, la première étape consiste à analyser les besoins du sport / de l’activité au sein d’un sport. Avec cette information, il est possible de décider des domaines spécifiques de la «condition physique» sur lesquels se concentrer, par exemple puissance, force, endurance, mobilité. Cela devrait inclure une analyse physiologique pour déterminer le principal système énergétique utilisé, une analyse biomécanique pour déterminer les principales articulations et muscles impliqués dans l’activité et de quelle manière, et une analyse médicale permettant de dépister d’éventuels sites de blessure (Hoffman, 2002).

Le principe de spécificité ou le principe SAID (adaptation spécifique aux exigences imposées) est également de la plus haute importance lors de la conception de programmes d’entraînement pour le sport (Clark en 2010). Le principe SAID signifie essentiellement que le corps va s’adapter aux contraintes spécifiques du stimulus d’entraînement. Par exemple, un jogging régulier à un rythme lent vous rendra meilleur en jogging, mais pas en sprint à une vitesse maximale. 

Le swing de golf est une activité explosive de courte durée, de forte puissance. Des études antérieures ont montré que le backswing d’un golfeur d’élite prend en moyenne 0,86 seconde (Cochran, 1968) et que la descente dure environ 0,23 seconde (Farrell en 1985). Avec tout le swing prenant moins de 2 secondes d’effort à haute vitesse pour un joueur d’élite, ce seront les systèmes intramusculaires adensosine triphosphate (ATP) et phosphate de créatine (ATP + CR) qui constitueront le système énergétique prédominant (Kraemar en 2011). ). D’après Hume en (2005) et Ronda-Torres (2011), nous pouvons voir que le swing de golf est un mouvement de rotation conduit à des vitesses élevées pour un très bref effort intense et utilise le SSC. Gardant cela à l’esprit, les limitations des interventions de formation précédentes dans la région deviennent évidentes. La majorité des études de la revue Ronda-Torres ont porté sur des exercices de renforcement général non spécifiques au mouvement dans le plan sagittal avec des répétitions allant de 8 à 15 ans.

Un certain nombre d’interventions d’entraînement de cette revue ont également exécuté leurs programmes d’entraînement contre résistance sur des appareils de musculation, ce qui est assez différent du schéma de tir séquentiel des mêmes muscles lorsqu’il est utilisé dans le swing de golf. 

Ces études ont certes permis d’améliorer la vitesse de la tête du club ou de la balle. Il faudrait déterminer quels auraient été les résultats si un programme d’entraînement plus spécifique, utilisant des modalités d’entraînement basées sur l’analyse des besoins du swing, était utilisé. 

Cela est particulièrement vrai pour les athlètes déjà très entraînés en termes de force et de conditionnement physique, car ils auront besoin de méthodes d’entraînement plus spécifiques et plus perfectionnées pour s’améliorer à mesure que leur âge et leur statut d’entraînement augmentent. 

Le problème avec l’utilisation de mouvements généraux, principalement dans le plan sagittal, est que la force et la puissance pourraient selon le principe SAID être théoriquement améliorées par l’utilisation de moyens plus spécifiques au golf. 

La longueur de l’ensemble sera beaucoup plus longue et ne correspondra probablement pas à la contraction rapide du SSC utilisée dans le swing de golf.

L’entraînement en force et en puissance est généralement effectué avec des répétitions de l’ordre de 1 à 5 avec des charges variables selon que la vitesse, la puissance ou la force maximale est l’adaptation à l’entraînement souhaitée.

Utiliser des appareils de musculation où l’athlète travaille dans un plan de mouvement fixe où aucune stabilité n’est requise est très différent de la nature dynamique, dépendante de la stabilité de l’élan de golf et peut donc entraîner un transfert de performance médiocre par rapport à d’autres moyens.

Applications pratiques:

Sur la base des recherches ci-dessus, je suggère que les programmes de musculation et de conditionnement physique du golf puissent être conçus et mis en œuvre plus efficacement en structurant le programme autour d’un système qui cible les éléments physiques critiques liés aux performances de swing de golf. 

Bien qu’un programme complet décrivant notamment l’intensité, le volume, la fréquence, etc. du programme dépasse le cadre de cet article, les informations fournies ci-dessus devraient suffire pour qu’un coach S & C constitue la base d’un programme.

    1. Aptitude à occuper et à conserver une position de montage mécanique solide ; Cela implique de s’assurer que le joueur a suffisamment de mobilité, de contrôle postural et de force pour assumer et conserver une adresse correcte sur le plan mécanique. Si le joueur ne parvient pas à se mettre dans une bonne position, il sera plus difficile de réaliser un swing puissant. Des exemples d’entraînement pour cibler cette zone de l’élan peuvent être des exercices de correction posturale pour une mobilité de la hanche ou du thorax déficiente, ou des exercices qui apprennent au joueur à maintenir une posture favorable telle que le soulevé de terre, le squat ou les variations de bon matin. Selon Hume et al (2005), les variations de squat et de soulevé de terre produisent également de grands GRF, qui sont importants pour un swing puissant. 
    1. La hanche et de séparation de l’ épaule (X – facteur et d’ étirement du facteur X): une mobilité suffisante et la stabilité de la hanche, du tronc / torse et les muscles des épaules va être requise dans le but de créer un grand épaulement par rapport à la tour de hanche dans la prise d’ élan et d’augmenter ce nombre au début de la récession. En particulier, des niveaux élevés de stabilité du tronc et de rotation thoracique seront nécessaires pour empêcher les hanches de tourner excessivement dans le mouvement en arrière tout en permettant un grand virage de l’épaule (facteur X). Ce sera également le cas pour l’étirement du facteur X. Les rotations thoraciques en position assise sont des exemples d’entraînements, car elles empêchent les hanches de tourner tout en permettant la rotation thoracique.
  1. Puissance de rotation (utilisation de la SSC): une fois que le joueur peut assumer et conserver une position de montage mécanique solide et créer un facteur X important, il doit apprendre à utiliser de manière optimale cette énergie stockée au moyen d’une formation à la puissance, en particulier dans les environnements suivants: manière similaire au mouvement de swing de golf. Des exemples en sont les rotations de balles médicinales ou les rotations explosives de mines antipersonnel. 

En plus de ces trois éléments, il est également essentiel que la résistance et la flexibilité du poignet et de l’avant-bras soient suffisantes pour permettre le maintien de l’angle de la tige au bras jusqu’à la fin de la phase descendante. 

Conclusions:

Le swing de golf est une activité sportive, explosive, de forte puissance et régie par des caractéristiques biomécaniques fondamentales. La force et la condition physique peuvent jouer un rôle important dans la maximisation des performances des golfeurs, en particulier en ce qui concerne le déplacement des balles. Des recherches supplémentaires sont toutefois nécessaires avec des protocoles d’entraînement plus spécifiques et avec des golfeurs plus conditionnés. L’utilisation de protocoles d’entraînement établis dans d’autres sports de rotation, tels que les lancers en athlétisme, peut donner des résultats intéressants. En tant que sport qui a récemment commencé à prendre au sérieux sa force et son conditionnement physique, il sera intéressant de voir ce que l’avenir nous réserve. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *