CONSEILS DU PROENCYCLOPEDIELES PLUS LUS

COMMENT GAGNER EN RÉGULARITÉ AU PUTTING ?

Souvent associé par les néophytes à la facilité du mini-golf, le putting, exercice de précision ultime, est l’instant décisif d’une partie où tout peut basculer, quel que soit le niveau du golfeur. Tous les golfeurs le disent, c’est sur les greens que se gagnent les tournois et que les index évoluent. Des coups de driver incroyablement longs n’effaceront pas toujours un putt hésitant, bien au contraire. Pour faire baisser votre index, mieux vaut donc se focaliser sur le petit jeu, en particulier le putting.

Le saviez-vous ? Trop souvent laissé de côté durant l’entrainement des golfeurs, le putting compte pour plus de 40% des coups joués lors d’un parcours. Et si vous réduisiez ce pourcentage ?

S’ENTRAINER AU PUTTING CHEZ SOI

Qui n’a pas rêvé de s’entraîner au putting chez soi face à la cheminée et une douce musique d’ambiance ? Entre amis, après un bon repas et sans avoir à affronter les premiers frimas ? Si l’orage est le pire ennemi du golfeur, la pluie, le vent et la neige font partie de ces éléments qui poussent les golfeurs à renoncer à pratiquer leur sport favori. Alors qu’il est si simple d’équiper son salon d’équipements appropriés qui sans être coûteux, pousseront les joueurs à travailler leur putting.

 VENTE DE MATERIEL D’ENTRAÎNEMENT DE GOLF À LA MAISON

Golfathome est un site spécialisé dans l’univers du golf à la maison. Les différents compartiments du jeu dans le golf sont abordés par catégorie : le practice avec des greens synthétiques et des filets d’entraînement afin de travailler les approches, et le putting avec les incontournables et nécessaires tapis de putting.

Le tapis de putting Wellputt est réputé pour sa qualité pédagogique. Ce tapis d’entraînement est basé sur la mémoire musculaire et la cartographie mentale et propose 50 exercices sur 3 différents parcours. Il est extrêmement recommandé par les coaches et les pros de golf. Rien ne manque dans l’aide à l’alignement, l’aide à la trajectoire et l’aide à l’amplitude.

S’ENTRAINER CHEZ SOI AU PUTTING

S’entraîner chez soi au golf, en l’occurence le putting, nécessite de s’adapter à la configuration du terrain. Ou de votre maison et appartement. Chaque meuble peut être un obstacle en faveur de l’entraînement. Si vous n’avez pas de tapis de putting, le carrelage avec ses lignes droites sont des indicateurs concernant votre alignement. Sinon, vous pouvez viser un trou simulé par un Kleenex à terre et placer votre carte de crédit derrière le club. Retirez le putter et vérifiez que le bord de la carte se trouve dans l’alignement du Kleenex.

Putter en appuyant sa tête contre un mur est une façon de vérifier que la tête ne bouge pas pendant le putting. Un autre exercice consiste à mettre deux pièces de monnaie l’une sur l’autre et à putter au niveau de la pièce du dessus, sans toucher la pièce du dessous : ce n’est pas évident et cela demande beaucoup de précisions.

Un bon entraînement au putting est essentiel pour gagner des tournois. La joueuse Pauline Roussin-Bouchard, devenue numéro 1 mondial amateur en janvier 2020, a toujours considéré le putting comme le domaine le plus important de son golf. Rendre une bonne carte impose toujours un bon putting, disait-elle lors d’un interview accordé à Golfstars en mars 2016.

Tous les grands champions travaillent des heures durant à ce putting qui nous fait nous arracher les cheveux. Le joueur américain Brad Faxon, l’un des meilleurs putters de notre époque ( de 1992 à 2002) disait :  Il est insultant de penser que les bons joueurs n’ont pas travaillé. En réalité, tout est question d’apprentissage.

Selon lui, le travail permet de se libérer de la mécanique pour se focaliser sur les sensations. Ainsi, même par temps de neige ou de verglas, au chaud face à la cheminée ou dans votre salon alors que la pluie tambourine contre la baie vitrée, vous n’aurez plus aucune excuse à manquer vos putt !!!

Pour améliorer ce compartiment du jeu, voici les conseils de coachs et de joueurs pros.

Avant de nous plonger dans les conseils techniques et les exercices pratiques, commençons par un rappel des bases du putting !

Laurent Jockschies : L’histoire du golf montre des systèmes très différents au putting.

Depuis 1987, Laurent Jockschies a accueilli dans son Académie de Golf plus de 20 000 joueurs et formé plus d’une centaine d’enseignants ou de joueurs de haut niveau.

Certains joueurs utilisent les grands muscles du tronc, des épaules, d’autres jouent les bras, sont davantage côté gauche ou côté droit, certains laissent jouer le putter, d’autres le bloque, etc.
Cela n’est pas une analyse mais une observation.

L’analyse au putting, c’est pouvoir expliquer comment se construit l’habileté à faire rouler une balle, doser ou diriger.
Comment se crée le tempo et le rythme ?
Quelle est l’influence du bloquage des bras ou du corps pour doser ?
Quelle est l’influence du corps, des mains, du bras droit ou gauche dominant pour doser ou diriger et quelle influence sur la mécanique de l’impact ?
Quelle relation entre système visuel et habileté motrice ?
Comment fonctionne notre corps pour diriger ?

En les suivant à la lettre, vous gagnerez plusieurs points sur votre carte de scores !

Un score bas rime forcément avec un putting irréprochable. On oublie souvent que la moitié des coups sont joués sur le green. Sur le Circuit européen, une statistique révèle que le putting ne représenterait que 38 % du jeu, c’est tout simplement le résultat d’interminables heures d’entraînement chaque semaine. L’amateur est beaucoup moins sérieux. Il a la fâcheuse habitude de préférer le practice au putting-green. Or, pour baisser son index, il faut y passer du temps. Idéalement, dès que l’on a une demi-heure à tuer. Pour optimiser vos séances d’entraînement et baisser votre moyenne de putt, grands entraîneurs et joueurs du Tour européen vous mettent sur la bonne voie.

Fabrice Tarnaud : adopter une bonne posture

Fabrice Tarnaud vient d’ouvrir l’European Golf Coaching Academy au Golf du Mont d’Arbois, à Megève (Haute-Savoie).

« Pour cela, il faut respecter les trois règles d’or du putting », explique-t-il.

À savoir, garder les yeux au-dessus de la balle, aligner parallèlement ses épaules et sa face de club et placer la balle légèrement au pied gauche pour la taper en remontant et lui donner un meilleur rouler.
« Joueur du Circuit européen pendant plus de sept ans, commentateur sur Sport + des tournois pros, je n’ai eu de cesse d’observer les champions à l’entraînement. Ils sont tous intransigeants sur ces bases ».
Avec un peu d’entraînement, le corps mémorise ces éléments pour plus de constance et de régularité sur les greens.
Et, une fois ces trois règles respectées, à vous de laisser parler le feeling.

Claude Brousseau : apprécier le dosage

Claude Brousseau dirige la Golf Court Academy, entraîneur international, PGA MASTER, avec la Golf Channel Academy / l’école de golf Maui à Hawaii.

Sur les longues distances, la vitesse de la balle est essentielle pour éviter les trois putts.

« Commencez par mesurer le nombre de pas qui vous sépare du trou (on calcule bien la distance sur le grand jeu), conseille Claude. Effectuez ensuite des balanciers dans le vide, en conservant les yeux vers le trou, pour que le cerveau et le système musculaire enregistrent l’amplitude requise par le coup. Puis faites confiance à cette pré-programmation, c’est l’idéal pour adopter un mouvement naturel, sans parasites. »

Christian Cévaër : automatiser sa visée

Christian Cévaër joue sur le Circuit européen depuis dix-neuf ans. Il a été le meilleur putter du Tour en 2004-2005.

Voilà une vraie astuce de pro, enseignée au Putting Lab TaylorMade de Carlsbag aux États-Unis.

« L’idée est de développer une biomécanique de la visée, de laisser parler son acuité visuelle et sensorielle », explique-t-il.
Pour cela, attachez un élastique de deux mètres environ aux extrémités de deux crayons (ou de deux tees) que vous planterez entre la balle et le trou. Il faudra donc qu’elle passe sous cette ligne pour atteindre son but. Que va-t-il se passer ?
Instinctivement, grâce à nos qualités intrinsèques de visée, le corps et le club vont apprendre à s’organiser autour de l’objectif à atteindre.

Dominique Larretche : garder la tête sur la balle

Dominique Larretche est consultant Canal + pour le PGA Tour.

Même si elle paraît banale, cette recommandation est la clé d’un putting solide. Trop d’amateurs ont tendance à lever la tête pour voir le résultat de leur coup.

« En 2003, Tiger Woods a rentré, en tournoi, 299 putts d’affilée de deux à trois mètres, raconte ce coach. Il dit n’avoir respecté qu’une seule règle, celle de laisser la tête totalement fixe sur la balle. »
Pour s’y habituer, placez un tee à côté de sa balle et obligez-vous à le regarder tout au long du mouvement. Il faut non pas voir, mais entendre la balle tomber dans le trou.

Alain Alberti : éviter de décélérer

Alain Alberti est head pro de l’Académie Leadbetter de Terre Blanche (Var) et coach de Raphaël Jacquelin et Julien Guerrier.

C’est la grande faute des amateurs qui montent le club trop haut et s’arrêtent sur la balle sans traverser. « La sanction est immédiate avec une face de club qui a peu de chance d’arriver square à l’impact », assure-t-il.

Voici deux exercices pour vaincre ce vilain défaut. Sur des putts de un à quatre mètres, plantez un tee ou un crayon derrière le club qui vous obligera à monter peu et à accélérer.
Ensuite, mettez-vous à l’adresse et placez cette fois-ci deux tees à chaque extrémité de la tête de club. Vous allez être gêné sur la frappe et donc obligé de trouver le bon stroke et la vitesse idéale pour faire partir la balle vers le trou.

Christophe Pottier: travailler le chemin du club

Christophe Pottier est head coach. Il entraîne l’équipe de France amateur masculin.

« Sur les petits putts d’un mètre cinquante environ, il faut une technique irréprochable, affirme-t-il. Des centaines de pros utilisent des outils pédagogiques tels le Putting Arc (www.theputtingarc.com).

Cette plaque graduée et légèrement courbée permet d’acquérir et de mémoriser un mouvement naturel du corps et un plan de swing idéal (intérieur-square-intérieur). »
Il faut ensuite associer cette mécanique à un bon feeling.
« Prenez trois balles, jouez la première avec la main droite, la seconde avec la gauche et la troisième avec les deux». Un bon exercice pour développer le ressenti.

Olivier Léglise : gagner en précision

Olivier Léglise est entraîneur fédéral, basé à Arcangues (Pyrénées-Atlantiques), coach de Gregory Bourdy et Romain Wattel.

Les putts de moins de deux mètres sont ceux qui font la différence au final. « Pour être imbattable sur cette distance, entraînez-vous à viser un tee planté dans le sol, une cible dix fois plus petite qu’un trou… Vous n’en deviendrez que meilleur face à un objectif de 10,8 cm de diamètre, explique-t-il. Commencez par orienter la face du club vers le tee, si petit qu’il ne laisse plus aucune place à l’approximation. Prenez ensuite une posture solide, le bas du corps bien ancré dans le sol et stable tout au long du swing. Enfin, puttez sans action des poignets. Pour le vérifier, la face du club doit être orientée vers le tee à la fin du coup. » L’idéal est de se fixer un objectif à la hauteur de son niveau de jeu : pour un joueur moyen, toucher la cible trois fois de suite, par exemple. Et, à chaque séance d’entraînement, essayez de battre votre record.

Philippe Mendiburu : apprendre à lire les pentes

Philippe Mendiburu dirige son académie à Ilbarritz (Pyrénées-Atlantiques) et entraîne Caroline Afonso, joueuse du Circuit européen.

Un putt bien dosé mais joué du mauvais côté du trou n’a aucune chance de rentrer. Il est donc indispensable de savoir aussi décrypter le relief du terrain.

« Placez-vous à 5 mètres du drapeau, explique Philippe, appréciez d’abord la pente générale du green, puis celle entre la balle et le trou. Plantez ensuite un tee là où il faut jouer et visez cette cible. Jouez ainsi 9 trous de différentes distances, en notant votre score. Il s’améliorera d’une semaine sur l’autre. »
Son dernier conseil :
« Si on ne travaille pas sa technique, on s’entraîne toujours avec une seule balle, dans des conditions de jeu réelles. Sur le parcours, il n’y a pas de seconde chance. »

QU’EST-CE QU’UN PUTTER ET QUAND L’UTILISER ?

Le putter est le club le plus court de votre sac. De forme maillet ou lame, c’est le club que vous utiliserez pour pousser la balle dans le trou.S’utilisant sur ou aux abords du green, l’étiquette veut qu’il soit le seul club accepté sur cette surface sacrée.

LE MOUVEMENT DE BASE DU PUTTING :

A club particulier mouvement particulier. A l’inverse des autres clubs, le putter ne s’utilise pas avec un swing complet du corps du golfeur, mais uniquement avec un balancier des épaules et des bras. Attention, les poignets doivent être fixes pour plus de régularité.

COMMENT SE POSITIONNER, PUTTER EN MAIN ?

La position au putting est bien différente des autres clubs, ce dernier demandant une stabilité et une précision accrue.

– Les pieds écartés d’une largeur d’épaule

– La balle doit être légèrement sur le pied avant

– Le poid du corps légèrement sur l’avant

– Les yeux au dessus de la balle (principe de parallax)

Vous devez sentir votre corps ancré sur le green, la stabilité est le maître mot du putting.

Astuce – Imaginez une ligne perpendiculaire au sol au niveau de votre balle. Votre putter, vos mains et vos yeux doivent s’y trouver pour un bon alignement et plus de précision.

UN BALANCIER RÉGULIER, LE MÉTRONOME DU GOLF :

Le balancier est un geste régulier, sans accélération dans la descente et au moment de l’impact. Votre putter doit venir traverser la balle délicatement, sans subir le choc. La puissance du putt évoluera en fonction de l’élan donné au club lors du balancier, ce qui vous fera gagner en régularité et permettra un meilleur contrôle de la trajectoire de la balle.

Astuce – Imaginez que votre club est un métronome, trouvez votre rythme en fonction de la distance vous séparant du trou et gardez ce rythme.

TOUJOURS FINIR SON GESTE :

Lors de votre balancier, gardez en tête que vous devez traverser la balle, et donc finir votre geste. N’arrêtez surtout pas votre club au moment de l’impact, par peur de la puissance donnée.

Astuce – Visualisez la distance couverte par votre club lors de la montée d’élan. Pour finir votre geste, le putter devra couvrir cette même distance après impact, en conservant une vitesse constante à chaque instant.

UN REGARD FIXE POUR PLUS DE PRÉCISION :

Point important que même les golfeurs expérimentés oublient avec le temps, votre tête ne doit pas bouger au moment de l’impact. Pour cela, fixez vos yeux sur la balle et laissez traîner votre regard à l’emplacement de la balle après l’impact. Ainsi, vos épaules resteront en place et votre balle aura plus de chance de suivre une courbe rectiligne, dans la direction voulue. Nous sommes tous curieux de connaître le sort de notre putt, mais résistez à cette envie de suivre votre balle dans l’instant, si votre putt est victorieux, le simple son de la balle dans le trou récompensera votre volonté sans faille !

Astuce – Vous pouvez vous entrainez en posant votre marque-balle dans l’axe de votre balle et de vos pieds. Au moment de l’impact, fixez votre regard sur le marque balle.

LISEZ LE TERRAIN !

Si le green est l’endroit le mieux tondu et le plus entretenu d’un parcours, il est rare qu’il soit parfaitement plat. Pour éviter les pièges, prenez le temps de lire le green et d’imaginer la trajectoire que devra prendre votre balle pour atteindre le trou. Pour cela, n’hésitez pas à mettre genou à terre et à observer les reliefs depuis l’emplacement préalabelement marqué de votre balle.

COMMENT M’ENTRAINER AU PUTTING ?

Peu de surprise. Le golf étant un sport de précision et de régularité, seul le travail et la répétition vous permettront d’améliorer vos sensations sur le green. Au travail !

S’il existe des centaines d’exercices pour chaque type de putt (long, court, en montée, en descente…) nous ne parlerons ici que d’exercices généraux pour améliorer votre connaissance du putting, vous habituez à ce secteur du jeu et ainsi vous faire gagnez en confiance putter en main. A vous d’adapter ces exercices pour être précis dans toutes les situations !

Le secret du putting réside dans la lecture des distances et l’adaptation de votre balancier. Pour travailler ce secteur, minussez-vous de sachet de tees et d’une boîte de balles, nous allons au putting green.

1) TRAVAILLEZ VOTRE PRÉCISION :

Pour bien putter, vous devez habituer votre corps à cet exercice de précision. Pour cela, rien de tel que le travail et la répétition. Pour gagner en précision, entraînez-vous étape par étape. Pour cela, direction le putting green.

– Munissez vous d’une boite de balles et d’un sachet de tees.

– Formez un cercle d’une longueur de club autour d’un trou à l’aide de vos tees.

– Placez-vous avec 5 balles à 3 ou 4 longueurs de club du trou et jouez les.

– Vos 5 balles sont dans le cercle ? Bravo ! Réduisez maintenant le diamètre du cercle d’un grip environ et recommencez l’exercice.

Tant que l’ensemble de vos balles ne sont pas dans le cercle, recommencez à cette distance. Lorsque vous vous sentez en confiance avec la distance et votre balancier, corsez l’exercice en réduisant la taille du cercle puis en éloignant vos balles du trou.

Astuce – Ne répetez pas cet exercice sur le même trou semaine après semaine habituez vous à différents reliefs pour être en confiance dans toutes les situations.

2) TRAVAILLEZ VOTRE INTELLIGENCE DE JEU :

Non, vous ne rentrerez pas tous vos putts du premier coup, peu importe votre niveau et les heures passées sur le green. Pour passer de 3 à 2 putts lors de vos parcours et faire chuter votre carte de score et votre index, devenez malins ! Vos coups sont réguliers, votre placement est bon, les putts courts ne vous posent plus aucun problème ? Voici un exercice pour putter en deux temps.

L’exercice est simple :

– Munissez-vous d’une balle et d’un putter.

– Positionnez votre balle en bordure de green, à une belle distance du trou.

– Rentrez votre balle en deux putts maximum

– Si vous avez réussi, changez d’emplacement de départ et de distance.

– Sinon, recommencez.

Le but de cet exercice est de vous faire prendre conscience qu’attaquer le trou en un putt peut parfois être risqué. Comme pour vos approches, cherchez plutôt le placement idéal lors des putts difficiles et mettez-vous en position pour un dernier putt court et simple.

Astuce en jeu – N’hésitez pas à jouer des coups d’essai pour bien ressentir le balancier et la vitesse donnée au club avant de putter. Vous économiserez de précieux coups et gagnerez en confiance !

Du travail en perspective sur les putting green ?

Rassurez-vous, peu importe le niveau du golfeur, le putting est toujours perfectible. Puttez bien et n’hésitez pas à nous donner vos impressions sur les exercices et à nous poser vos questions en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *